Le Conseil d’État a validé la décision du tribunal administratif de Nancy, prise le 7 décembre dernier, d’arrêter le maintient en vie d’une adolescente de 14 ans, qui est dans le coma. Elle est atteinte d’une maladie nerveuse incurable et d’après les médecins n’a aucune chance de retrouver un jour ses capacités de vie. Pour l’instant elle est nourrie artificiellement. Si on arrêtait les appareils, elle mourrait séance-tenante. Les parents s’opposent à ce qu’on mette ainsi un terme à la vie de leur fille. Ce qui pour moi était à première vue une évidence, ne l’est plus tellement aujourd’hui. J’ai une collègue et amie qui tourne depuis des années des documentaires concernant ce genre de cas, où il y a eu effectivement des patients, qu’on disait pratiquement mort, qui parfois après des années de soins, se sont réveillées et qui sont en mesure de vivre à peu près normalement. Les proches de ces personnes avaient vécu de tels pressions. Ce n’est que grâce à leur ténacité qu’ils ont été sauvés au grand dam de tous ceux qui voulaient dépecer la victime de ses organes sains, parfois pour faire un bon business. Dans le cas de Nancy, il est probable que les médecins agissent d’une manière juste, en tenant aussi compte de l’état corporel et mental en cas de réanimation. Loin de moi, de mettre en doute leur intégrité. Néanmoins je peux parfaitement comprendre l’avis des parents, qui s’en remettent actuellement à la justice européenne. L’hôpital a déclaré maintenir en vie cette patiente, jusqu’au jour, où la cour de Strasbourg aura rendu son verdict. D’après la loi, les médecins seraient habilité d’arrêter les appareils dès maintenant, mais ils ne le font pas, car ils ne veulent en aucun cas être pris comme responsables d’une mesure prise contre l’avis de la famille.

Les progrès de la médecine ont rendu possible de telles situations. Probablement la jeune fille serait morte si on avait laissé faire la nature. Avec le développement des technologies, de tels cas se répéteront de plus en plus. Ils découlent probablement de l’acharnement thérapeutique, que tous médecins est quasi obligé de mettre en pratique, même s’ils s’y opposent. Je pense qu’il est normal, que les parents et les amis de personnes se trouvant dans un état de santé identique, s’acharnent à ce que les services médicaux procèdent ainsi, même si c’est au détriment de la personne soignée. Je connais aussi un cas contraire à celui de Nancy, où un prématuré a été maintenu en vie, malgré de très graves lésions comme la cécité, la surdité, la paralyse et bien d’autres maux. Dans ce cas les parents avaient demandé qu’on arrête tous les soins intensifs. Les médecins n’ont n’en pas tenu compte. Maintenant, plus de 30 ans plus tard, cet homme est encore en vie, mais dans des conditions horribles. On peut dans ce cas bien précis comprendre l’incompréhension de ses proches par rapport à un tel agissement. Il est bien clair que ses parents font aujourd’hui tout pour accorder à leur fils tout ce dont il a besoin, mais ils ont bien du mal à comprendre pourquoi leur enfant doivent vibre un tel calvaire. Comme on le voit les médecins se trouvent dans une situation sans issue.

pm

http://www.lemonde.fr/societe/article/2018/01/05/fin-de-vie-le-conseil-d-etat-valide-l-arret-des-soins-d-une-adolescente-dans-un-etat-vegetatif-a-l-hopital-de-nancy_5237991_3224.html

Pierre Mathias

Schreib einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *