Les premiers résultats tombent au moment, où j’écris ces lignes, en Catalogne. Il semble que les indépendantistes sont pour l’instant majoritaires. Ils auraient plus de députés pour l’instant, cela ne veut pas dire qu’il en est de même des voix. Si c’était ainsi, le calcul de Mariano Rajoy ne passera pas. De mettre des politiciens nationalistes en prison ou les obliger d’aller en exil n’est pas un gage de réconciliation. J’ai à plusieurs reprises exprimé mon opinion, qui serait d’éviter la sécession de la Catalogne et je reste campé sur ce que j’avais dit il y a quelques semaines. Je crains qu’il s’ensuive un morcellement excessif de l’Europe, si les indépendantistes arrivaient à leurs fins. Puis cela entraînerait de graves déséquilibres économiques, étant donné que Bruxelles n’accepterait pas de manière caduque ces régions. Par contre je suis un chaud partisan de plus d’autonomie et suis d’avis que cela devrait être arbitré au niveau de l’UE. Il faudrait rédiger des statuts valables pour tous. 22 heures 15, je vais à nouveau jeter un regard sur les dernières nouvelles de Barcelone. Rien de neuf. Le Monde parle d’un résultat incertain, contrairement au quotidien El Pais qui donne les séparatistes largement gagnants. Une chose est désormais certaine, c’est l’augmentation du taux de participation qui à 18 heures à été de 68,3% contre 63,12% en 2015. Charles Puigdemont n’est pas à cet instant certain d’être réélu car la Gauche républicaine et Ensemble pour la Catalogne qui soutient le président sortant, n’ont pas trouvé d’accord de campagne. Comme je l’avais déjà fait remarquer, le parti Ciudadanos, le parti unioniste libéral obtiendrait la majorité des voix avec 25% d’électeurs ne voulant pas faire éclater l’Espagne. Mais il se confirme que la majorité parlementaire reste dans les mains des indépendantistes. C’est dire que les dés ne sont pas encore jetés, mais avec un pays scindé en deux parts presque égales, il ne serait pas possible de prendre des décisions unilatérales de cette importance.

22 Heures 20. Maintenant la participation est de 82%, ce qui serait un score historique. Il sera impossible de ne pas tenir compte de ce résultat. Les deux camps en présences seront obligés de parler, d’arriver à un accord. Que se passerait-il si le Ciudadamos arrivait en tête ? Serait-il chargé de former le gouvernement ? Mais en comptant toutes les formations étant pour l’indépendance, on arrive à 47%, ce qui serait assez pour obtenir la majorité des sièges. 22 heures 45. Le parti populaire de Mariano Rajoy perd plus de la moité de ses sièges par rapport à 2015. Ceci est une défaite cinglante du premier ministre qui est ainsi discrédité. Pourra-t-il rester à la tête de l’Espagne dans ces conditions ? 23 heures. Une courte majorité au parlement Catalan pour les indépendantistes. Il sera intéressant de suivre demain matin ce qui va se passer en Espagne. Mais un fait est certain, il n’y a pas de raz-de-marée d’un côté ou de l’autre. Le camp catalan recueille 70 députés, les madrilènes 67, et le Podemos 8. Il faudra trouver un arrangement. Ce parti d’extrême-gauche pourrait être un faiseur de roi, s’il y avait zizanie.

pm

https://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20171221.OBS9664/elections-en-catalogne-resultats-tres-serres-selon-un-sondage-sortie-des-urnes.html

Pierre Mathias

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.