Le plan pour une énergie propre que Barack Obama avait promulgué en 2015, sera abrogé par son successeur, Monsieur Trump. Il s’agissait avant tout de fermer des centrales fonctionnant au charbon qui étaient vétustes. Une promesse électorale que le locataire de la Maison Blanche veut tenir. Une décision absurde à plusieurs niveaux. Que le président le veuille ou pas, le réchauffement de notre planète est dû en partie à l’utilisation des matières fossiles pour faire de l’électricité ou se chauffer. Le CO2, que de telles installations émettent, ont déjà entraîné des mutations climatiques dont les Antilles et le Sud des États-Unis ont fait les frais. Des tornades et des pluies diluviennes ont dévasté des régions entières, arraché des toits, inondé des villes. Donald Trump a eu l’occasion de voir les dégâts, mais il n’a strictement rien compris. L’autre élément inquiétant venant de la part d’un homme qui se dit au courant des affaires, est le fait qu’il freine ainsi la rénovation du parc américain des centrales électriques. Ce seraient des investissements de premières importances qui pourraient être faites-là et profiteraient finalement aux populations locales. Mais c’est le contraire qui se passe. Le Président ne tient pas compte de toutes les personnes atteintes de maladies respiratoires ou qui ont un cancer des poumons. Il s’en fiche complètement pourvu que le que les patrons « vieux-jeu » de ces unités soient satisfaits. Il suffit de déclarer haut et fort qu’il n’y a aucun danger ! Prétendre le contraire est le fait de vilains activistes de type gauchiste, des traîtres par rapport aux valeurs de la nation. Tout ce qui découle de Donald Trump est au plus haut point primitif. Il essaie de freiner l’évolution, mais en fin de compte il sera balayé par elle et par le progrès.

Il est clair que des régions entières au Nord des États-Unis sont touchées par la régression économique, que le chômage est élevé, que des blancs au revenus modestes, sont menacés de disette. La cause en a été le manque d’investissements que ce soit dans les infrastructures, qui sont dans un état déplorable, que dans l’outil industriel qui est complètement dépassé. Cette région vit le déclin de ce qui avait fait d’antan sa richesse. Ce qui au début du 20ème siècle avait été considéré comme étant à la pointe du progrès ne fonctionne plus actuellement, sans causer des dégâts collatéraux, qui en fin de compte coûtent bien plus chers que la construction de nouvelles centrales adaptées aux lois de l’environnement. L’Europe elle aussi a connu de telles mutations, que ce soit dans la Ruhr ou dans le Nord de la France par exemple. Cela donne lieu à une reconversion totale du tissu industriel de ces régions et qui crée ainsi de l’emploi, mais ceci dans d’autres branches. Pour l’instant on n’a comblé qu’en partie les pertes de travail. Mais je ne doute pas que ce n’est qu’une phase transitoire. Pour un homme qui ne pense qu’à court terme, comme Donald Trump, cette option est inacceptable. Il veut voir des résultats immédiats, ce qui dans de telles mutations est impossible. Je pense que la note de la facture sera très élevée pour les USA et toute ceci pour assouvir la soif de pouvoir d’un homme plus ou moins équilibré. Une preuve de plus qu’il faut qu’il prenne son chapeau.

pm

http://www.lemonde.fr/donald-trump/article/2017/10/09/l-administration-trump-va-abroger-la-mesure-phare-d-obama-sur-le-climat_5198509_4853715.html

Pierre Mathias

Schreib einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *