L‘œil rivé sur les statistiques du chômage… Il y a de quoi devenir dingue ! Sans boulot, dodo, c’est ce que doit se dire, Mireille, Ahmed ou Georges, Malgré la relance économique, cela n’a pas encore d’incidence sur le marché de l’emploi. C’était à prévoir avant les décrets du travail. Quel entrepreneur prendrait des risques avant d’avoir cartes sur table. Et pour tout arranger, on entre en pleine de période de vacances. Soyez-donc honnête, auriez-vous pris dans de telles conditions de tels engagements ? Comme on le souffle dans les milieux économiques, l’effet Macron commencera à être perceptible au début de l’automne. Puis il y a encore une chose. Si j’avais des allégements en tant que patron en ce qui concerne le licenciement de mes employés, j’essayerais de réfléchir, où je pourrais éventuellement rationaliser. Car dans l’état des choses actuelles, tout est probablement gelé. Un exemple : j’ai un magasiner de trop dans mon entrepôt. Grâce à mon nouveau programme informatique il peut gérer le stock bien plus aisément. Tout ce qui sort et entre est automatiquement enregistré par scanner. Les commandes de pièces détachées se font dès qu’une cote est atteinte sans une intervention manuelle. Donc je paie un employé de plus, où je n’en ai pas besoin. Par contre il me manque un manutentionnaire dont le rôle est de charger et de décharger les camions. Vous me direz, pourquoi ne demande t-il pas au magasinier de faire ce job ? Premier obstacle, il faut être jeune et en bonne constitution. Le deuxième : un manutentionnaire est moins payé. Je serais parfaitement débile de me précipiter et d’embaucher sans plus de précisions. Je pense que je touche là à un problème qui pourrait se multiplier ces prochains temps. Certains patrons essayent de se débarrasser de collaborateurs plus âgés car ils coûtent plus, ayant souvent touché des primes d’ancienneté et d’autre part parce qu’un être usé n’est plus si fiable.

Et que pourrait-il se passer encore ? Si j’étais féru de progrès technique, j’essayerais de remplacer l’homme pas la robotique, où cela est possible. Une machine travaille plus de 35 heures ! Nous pourrions bien nous retrouver dans la situation paradoxale que l’économie boom et qu’en même temps le nombre des salariés diminue. C’est ce qui pourrait se passer s’il n’y avait pas de gardes-fous. Toute la difficulté réside là. D’une part augmenter les marges bénéficiaires pour générer de la richesse et de l’autre se trouver face à un raz-de-marée social. Il faut faire une simulation des effets de telles réformes et le cas échéant, si cela va au détriment des individus, imposer des règles, qui seraient une atteinte à la liberté des entreprises. Mais le calcul peut être très clair si on fait la remarque qu’une baisse notable du pouvoir d’achat peut être bien plus nocive, que des avantages dus à des mesures de rationalisation. Comme moyen pédagogique au cours des prochaines négociations, il faudrait prendre l’aspect complet comme base de référence. Comme l’industrie française n’est pas si axée sur les exportations, il faut veiller plus qu’en Allemagne, que les résidents puissent dépenser plus. Vu sous cet aspect, je garderais probablement le magasiner tout en engageant le manutentionnaire.

pm

http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20170626.OBS1236/chomage-l-effet-macron-se-fera-sentir-a-la-rentree.html

Pierre Mathias

Schreib einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *