Certains conseillers et hauts fonctionnaires qui accompagnent chaque jour le président dans ses escapades verbales, sont inquiets par l’incohérence de ses propos. Où est passé le marionnettiste qui normalement devrait contrôler ses faits et gestes ? Il semble avoir été dupé par le pantin, qui en fait seulement à sa tête. Un personnage qui, au lieu de faire rire les spectateurs, leur fait peur. Ce n’est plus une caricature mais un être qui n’arrive plus à se contrôler. Dans le Petit Robert la définition du narcissisme est la suivant : « admiration de soi-même, attention exclusive portée à soi ». Normalement un tel individu ne s’entoure que de paladins, qui aveuglément font tout ce qu’il commande, pour ne pas l’indisposer. Mais ici il semble avoir des disparités avec ce qui devrait se passer normalement, et ceci qu’après trois semaines de son entrée à la Maison Blanche. Le désarroi doit être très grand pour que les premiers signes d’alarme soient déjà audibles. Les maîtres-chanteurs qui ont fait de Trump ce qu’il est actuellement, se rendent-ils compte qu’ils ont confié les manettes de commande de la plus grande nation du monde à un pilote qui n’a pas de licence de vol ? Les coups de téléphone qu’il a eu avec les chefs d’États n’ont été aucunement préparés. Il n’est pas au courant des traités qui ont été signés, se heurte sur certaines dénominations auxquelles il ne peut donner aucune signification. Puis la question qui semble le perturber le plus est de savoir s’il vaut mieux avoir un dollar fort ou pas ? Même dans un domaine, où on aurait pu penser qu’il soit compétent, celui de l’argent, il s’avère qu’il n’y connaît presque rien. Il est évident qu’un pays comme les USA ne peut pas être en roue-libre. Il y a une administration qui peut essayer de combler les brèches causées en partie par des déclarations inconsidérées sur Twitter. Mais combien de temps cela durera-t-il ?

Les psychologues savent très bien le mal qu’une personnalité bipolaire peut provoquer. D’un côté elle peut être assez séduisante par son élan et par son franc-parlé, de l’autre elle peut faire craindre le pire. Certains potentats caressaient les joues de enfants, prenaient leur chien dans les bras, étaient galants envers les femmes. Mais en même temps étaient capables d’envoyer à la mort des millions de personnes. De Néron jusqu’à Kim Jong-un ils se ressemblent tous. Tant que Donald Trump est aussi « entouré de gens normaux », les dérives pourront être limitées. Mais n’oublions pas qu’il a à ses côtés un Raspoutine, qui semble lui souffler une pièce de théâtre qui n’a plus rien à voir avec une farce. Entre marionnettistes il y a souvent des cabales. Maintenant c’est lui qui semble avoir repris les fils en mains. Il est dans son intérêt que le président se ridiculise afin de le reprendre mieux en main et de le faire agir à sa guise. Trêve de plaisanteries je pense que nous sommes pas loin de ce scénario et cela risque de devenir très grave. Le manipulateur dont il est question semble être très intelligent et cultivé. C’est peut-être un Méphistophélès, ce qui le rend aussi dangereux. Il a besoin d’un personnage instable comme Donald Trump pour arriver à ses fins : celles de pervertir le système démocratique américain. Y arrivera-t-il ?

pm

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/l-amerique-selon-trump/20170211.OBS5182/donald-trump-meme-les-russes-commencent-a-douter.html

Pierre Mathias

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.