Litvinenko a-t-il été assassiné avec l’aval de Vladimir Poutine ? Probablement, c’est ce que prétend un tribunal anglais. Un nouveau coup de massue, qui laisse malgré tout bien des points d’interrogation. Mais le propos de cet article est un autre. Il a pour thème les visées hégémoniques de la Russie et de son président. Il y a de l’eau dans le gaz. La situation économique de ce grand pays est au point mort. Même plus, il est question d’une régression qui pourrait le ruiner. Il y a bien entendu les sanctions de l’Ouest, occasionnées par le conflit ukrainien. Mais ce n’est qu’une des raisons. C’est la chute vertigineuse du prix du baril de pétrole, qui pourrait être la cause d’une désintégration totale. On parle même de couper les rentes, ce qui plongerait une partie de la population dans la précarité la plus complète. Une conférence, organisée par la plus grande banque de Russie, a eu lieu ces jours-ci. Le ton était plus que dépressif. Mêmes pour ceux qui souhaiteraient du mal à Poutine, de telles nouvelles devraient faire réfléchir. Une panne totale serait pour l’économie et la politique européenne un désastre. Même si cela pouvait choquer bon nombre de personnes, je pense qu’il est impératif de remettre en question les sanctions prononcées il y a peu. Au contraire, il faudrait mettre en place une sorte de plan Marshall. Je suis le dernier à avoir une sympathie immodérée pour l’homme fort du Kremlin, mais je pense que la Realpolitik passe avant tous ressentiments, si justes soient-ils. Ce qui se passe à Moscou devrait être considéré comme un signal d’alarme. Les ennuis que nous avons avec la Grèce sont minuscules à côté de ce ras-de-marée qui risque de tout balayer. Dès maintenant il serait opportun que l’UE, le FMI, la Fed et d’autres ténors des finances mondiales se concertent pour voir comment arrêter cette hémorragie.

Si on ignorait ces problèmes, une mécanique se mettrait en place, qui pourrait être génératrice de conflits à l’échelle mondiale. Un animal sauvage qui a été atteint d’une balle et qui vit encore, est plus que dangereux. Dans son désespoir, il attaque tous ceux qui s’opposent à lui et peut causer des morts. Il en est de même les hommes. Même si la nouvelle provenant d’Angleterre laisse un arrière-goût amer, il ne peut pas y avoir d’autres solutions que celles d’entamer un dialogue avec le gouvernement russe. Je sais, on me fera le reproche de soutenir une démarche qui en 1938 a mené au désastre. Mais la situation était différente. Le Reich se trouvait à l’apogée, contrairement à ce qui se passe ici. Je suis bien conscient, que l’espoir de ramener Vladimir Poutine à de meilleurs sentiments est une illusion. Tout au moins il est possible de neutraliser certaines de ses initiatives et de renforcer l’opposition. En cas d’effondrement, elle se trouverait dans un état encore plus précaire. Elle devrait au contraire faire appel à l’occident pour qu’il intervienne en renforçant la coopération. Ce serait un moyen pour que personne chez nous perde la face. Peut-être un affront pour Poutine, mais y a-t-il d’autres solutions pour lui. Avec un pays sinistré, il ne pourra jamais réaliser son rêve : celui de la restauration de l’éternelle Russie. Le temps pour les chancelleries de démontrer qu’elles peuvent agir avec pragmatisme.

pm

http://www.liberation.fr/planete/2016/01/21/litvinenko-poutine-une-enquete-fait-le-rapport_1428068

Pierre Mathias

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.