Benjamin Netanyahu pourra probablement former le prochain gouvernement israélien. Cela revient à dire que la guerre continuera à être au rendez-vous. Ce début de l’année 2015 a de quoi nous décourager. Partout des conflits, une violence inimaginable ! Tous appels à la raison semblent s’enliser avant mêmes qu’ils soient prononcés. La plupart des hommes aspirent à la paix, mais celle-ci nous boude. Les tentatives de négociations aboutissent le plus souvent dans un cul-de-sac. Une poignée de fanatiques, que ce soit au Proche-Orient ou en Ukraine et ceci des deux côtés, préfèrent jouer avec des armes au lieu de se soumettre à toutes tentatives de conciliation. Que se soit en Europe ou aux États Unis, le populisme gagne du terrain. Des programmes politiques délirant trouvent l’approbation de tous ceux qui partent à la dérive. Le bon-sens s’est tout simplement évaporé. Le guide charismatique pouvant d’un coup de baguette magique tirer d’embarras tout un peuple « anémique » est l’égal du veau d’or ! On se soumet à lui, paralysé par sa propre incontinence.

L’état des lieux a de quoi faire frissonner. Et où est passé l’intelligence ? Elle a pris son chapeau et s’est réfugiées dans ce que je pourrais nommer l’autisme. Les grandes-têtes essaient d’ignorer ce qui se passe autour d’elles et se taisent pour la plupart du temps. Dans de telles conditions des faucons comme Netanyahu ont le jeu facile. Les fortes gueules profitent de l’indifférence générale. J’essaie de comprendre ce qui se passe actuellement, mais en vain ! Il est probable que l’homme supporte mal la paix, car elle demande des efforts. Dans la société occidentale le bien-être semble propager l’ennui. « Une bonne guerre » serait-elle considérée comme un divertissement ? Les gens sont repus, gavés par une certaine prospérité qui n’est en fait qu’un leurre. Les peu privilégiés passent à la trappe. Ils font tache dans le paysage et doivent être éliminés. C’est tout au moins mon impression. Le fanatisme religieux en est la conséquence. Un aveuglement qui dépasse de loin les frontières de la société industrielle. Dans de telles conditions il n’est pas étonnant qu’un discours belliqueux comme celui de l’actuel premier ministre d’Israël porte ses fruits. C’est celui du mépris, du racisme, de l’exclusion. Ne voit-il pas qu’il est en train de creuser la tombe de son pays ? En refusant de reconnaître un État palestinien, il signe un arrêt de mort ! N’a-t-il pas compris que le temps ne joue pas pour lui ? Il est cynique lorsqu’il parle de sécurité. Aucune armée peut la garantir aujourd’hui même en faisant couler du sang. Comment peut-on être aussi aveugle ? Pauvre peuple ! Mais s’il ne comprend pas qu’on le mène du bout de son nez, il devra se soumettre à la violence. Malgré ses déclarations, c’est le but de Benjamin Netanyahu. Dans de telles conditions je serais enclin de dire « après moi le déluge » mais je ne le peux pas ! Je préfère faire appel aux hommes de bonne volonté, mais où sont-ils ? Faut-il que la catastrophe intervienne pour nous faire comprendre que la passivité est du poison ? Je ne veux pas y croire et me creuse les méninges pour savoir comment intervenir dans de telles conditions. Je me démène sans qu’un soupçon d’espoir pointe à l’horizon. Je crains que la déception m’entraîne dans une certaine léthargie. Décourageant !

pm

http://www.liberation.fr/monde/2015/03/17/israel-netanyahu-revendique-une-grande-victoire-malgre-les-pronostics_1222818

Pierre Mathias

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.