Un tiers des bénéficiaires de l’aide au logement ont un emploi, mais vivent en-dessous du seuil de la pauvreté. C’est une réalité dure à comprendre. Pour eux une baisse de 5 euros par mois des subsides accordés par l’État n’est pas une bagatelle. Je ne vais pas vous assommer avec des chiffres que vous pouvez obtenir en cliquant sur le lien du Monde. Je veux bien plus essayer de me rendre compte ce que la précarité peut représenter pour les uns et les autres. Cette baisse, qui semble à première vue modeste, équivaut en fait à deux à trois petits déjeuner en moins pour un enfant de parents dans le besoin. Lorsqu’on est confronté au luxe, tout cela nous paraît très abstrait. Mais c’est justement avec de telles sommes, qu’il est possible de se rendre vraiment compte de la situation dans bien des cas. En vingt ans les demandeurs d’allocations ont presque doublé. Sans elles ces personnes seraient dans la rue. Cette baisse permettrait à l’État d’économiser 32 millions par mois. Le but qu’il s’est fixé est de maintenir les déficit au-dessous de la barre des 3% du PIB. Weiterlesen…