Non, le très néfaste Benyamin Nétanyahou n’est pas encore passé à la trappe, pendant que j’écris ces lignes, mais il se trouve, d’après des sondages qui ne sont pas très fiables, dans une situation qu’on pourrait qualifier de précaire. Le Likoud obtiendrait entre 30 et 32 sièges sur les 120 de la Knesset, le parti Bleu-blanc de Benny Gantz environ 32. « Nous agirons pour former un large gouvernement d’union qui exprimera la volonté du peuple (…) Nous avons entamé les négociations et je parlerai avec tout le monde. Ce soir commence l’entreprise de réparation de la société israélienne » L’ancien chef d’état-major, aurait, s’il réussit à former un gouvernement, énormément de pain sur la planche. Il serait plus qu’urgent de refaire d’Israël une nation tolérante, où le respect d’autrui aurait l’absolue priorité. D’après bien des mesures prises par les gouvernements dirigés par Nétanyahou depuis près de dix ans, la dérive droitière, avec tous ses aspects « musclés », a prôné un certain racisme qui devrait être condamné. De donner aux ultra-orthodoxes de telles prérogatives, a fait d’Isarël un État religieux qui cherche a imposer un fondamentalisme qui serait comparable par ses dogmes, à celui des islamistes, c’est à dire le non-respect des droits de ceux, qui ne partagent pas la vue des derniers des justes, ceux qui croient être élus par Jéhovah. Tout le reste semble être pour eux du menu fretin. Il est déconcertant qu’une grande partie de la population puisse partager un tel comportement. Ceci venant de personnes ayant été mises au pilori par les nazis, tuées dans les camps d’extermination. Cela démontre à quel point les gens sont vils, lorsqu’il s’agit de défendre leurs petits intérêts.

Du point de vue pragmatique, tout cela est d’un court terme déconcertant. L’histoire a démontré que les peuples qui étaient injustes, recevaient à plus ou moins longue échéance un retour de bâtons. J’irai jusqu’à prétendre qu’il en va de la survie de l’État d’Israël. Une nation qui prend comme base l’injustice et l’arbitraire, comme l’était au demeurant le 3ème Reich, disparaît un jour dans les trappes que lui a réservé l’histoire. Si Benyamin Nétanyahou réussissait néanmoins à passer, je pense qu’il serait temps de sonner le glas de l’État hébreux. Un homme qui veut annexer la vallée du Jourdain, est un ange de la mort, pas pour ceux qui seraient attaqués mais pour la nation qu’il dit représenter. « Nous allons négocier avec le plus grand nombre de partenaires pour éviter la formation d’un gouvernement antisioniste dangereux (…) il n’y aura pas et il ne peut pas y avoir de gouvernement qui s’appuie sur des partis arabes antisionistes, des partis qui nient l’existence même d’Israël en tant qu’État juif et démocratique » De la démagogie à grandes doses d’un homme acculé au mur par ses affaires personnelles frauduleuses. Il serait temps pour tous ceux qui ne veulent pas d’une telle politique, de la combattre par tous les moyens, de le mettre en touche. Le grand ami des néofascistes comme Jair Bolsonaro ou d’autres dirigeants qui sont des adeptes de l’exclusion, risque de se retrouver plus vite qu’il le croit, en quarantaine. Ce serait mon espérance, bien que je la trouve un peu utopique par ces temps qui courent et qui favorisent les futurs Hitler. Que les Israéliens puissent y participer m’horripile.

pm

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/09/17/legislatives-en-israel-benyamin-netanyahou-et-benny-gantz-au-coude-a-coude_5511626_3210.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.