Michel Onfray, le philosophe, se conduit comme un amant déçu lorsqu’il s’agit de Greta Thunberg. « Quelle âme habite ce corps sans chair ? On a du mal à savoir… ». Je ne peux pas admettre que dans un débat politique, on s’attaque ainsi à la morphologie d’une jeune fille de 16 ans, malade de l’Asperger, une forme d’autisme. Je ne comprends pas qu’un homme de réflexion puisse en arriver là. Il est permis d’avoir un autre avis, de se fâcher même, mais il ne faut jamais s’en prendre aussi personnellement à son adversaire. J’ai l’impression que Michel Onfray cherche d’une manière vile de détruire Greta par manque d’arguments. « Ce qu’elle lit, à défaut de le dire librement, n’est pas écrit par une jeune fille de son âge. La plume sent trop le techno. Sa voix porte le texte d’autres qui n’apparaissent pas. […] Cette intelligence est vraiment artificielle, au sens étymologique : c’est un artifice, autrement dit, un produit manufacturé. Toute la question est de savoir par qui. […] La réponse se trouve probablement dans l’un des dossiers du Giec – la bible de cette pensée siliconée. »

Au lieu de s’en prendre à Greta, il ferait mieux de se poser la question pourquoi la politique ne produit que du bla-bla lorsqu’il s’agit de sauver la vie sur terre. Il est tout de même impressionnant, qu’une jeune fille ayant tout contre elle, puisse mobiliser à ce point l’opinion publique mondiale. Si Greta Thunberg n’était qu’un phénomène naturelle, elle n’aurait jamais pu toucher des millions de personnes. Ce qu’Onfray dit là, démontre qu’il est à court d’arguments en ce qui concerne le climat. « Il n’y a rien à reprocher à une enfant qui veut voir jusqu’où va son pouvoir d’agenouiller les adultes, c’est dans l’ordre des choses ». Pour ajouter ensuite que le pire « se trouve chez les adultes qui jouissent de se faire humilier par l’une de leurs créatures ». On croit rêver de lire de telles insanités dues à la plume d’un homme de réflexion. De dire que cette jeune suédoise propage « le stade suprême du nihilisme » me paraît être d’un ridicule sans borne. Elle ne fait que revendiquer que les politiciens se penchent enfin sur le fond du problème en ce qui concerne le réchauffement de la planète. Un homme qui s’exprime ainsi, dévoile son impuissance d’aborder les vrais méfaits de notre civilisation. « Il faut dramatiser, inquiéter, amplifier, exagérer, faire peur, c’est-à-dire tout le contraire de penser, examiner, réfléchir, débattre. » La démarche de Greta n’est pas si banale. Certes, le but qu’elle s’est imposé est tout d’abord d’éclairer les citoyens du danger que représente la passivité des politiciens en ce qui concerne le réchauffement climatique. Pour faire bouger les choses, il est indispensable dans un premier temps d’esquisser les données de ce phénomène angoissant auquel nous sommes soumis. Ce n’est pas Michel Onfray en proférant de telles attaques contre Greta, qui pourra arrêter la marche du temps. Ce n’est pas elle qui est à l’origine de la canicule ou d’autres nuisances écologiques. Ce sont des faits objectifs. Je trouve bon qu’elle suscite des réactions telles que celles évoquées au cours de mon article. Cela veut dire qu’elle a touché le nerf du problème et qu’elle suscite des réactions. Ses militants en prennent aussi pour leur compte. Un troupeau de moutons bêlant, dont je fais évidemment partie.

pm

https://www.nouvelobs.com/planete/20190724.OBS16332/michel-onfray-se-dechaine-contre-greta-thunberg-la-cyborg-suedoise.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.