Non, il ne s’agit pas de bricoler. Tant que l’UE est l’Europe des lobbys il ne peut pas y avoir d’amour de la part des citoyens. Il serait enfin temps de mettre l’Europe sociale sur les rails, faire fi aux intérêts des groupes économiques en prenant tout d’abord en compte la détresse des plus démunis. Sinon nous courrons à la débâcle aux Européennes. L’alliance des archi-droites pourrait faire très mal. Elle imposerait le populisme comme solution miracle et ferait ensuite tout pour faire sombrer le continent dans « la préhistoire ». Ce serait ouvrir la porte sur une Europe des guerres, de la haine. Il ne peut pas faire de doute que c’est là que nous aboutirons si un coup de barre à gauche n’est pas donné. Mais cette dernière vacille, n’arrive plus à prendre pied. Toutes les sonnettes d’alarme devraient sonner, mais j’ai l’impression que c’est avant tout l’indifférence qui paralyse la politique. Dans un tel contexte, le déclin d’Emmanuel Macron serait un désastre, comme l’a précisé Martin Schulz, l’ancien président du parlement européen, candidat malheureux à la chancellerie en Allemagne. Macron le sait parfaitement, c’est la raison pour laquelle il tente de redresser la barre. Il veut donner à l’UE les moyens de s’affirmer dans les domaines qui secouent actuellement l’Union. Que ce soient les problèmes dus à l’immigration sauvage ou les répercussions dues au Brexit. Mais il ne parle pas, tout au moins pour l’instant, du défi social. Je pense que ce n’est que dans ce domaine qu’il sera possible de gagner des points. Le reste n’est pour la plupart des citoyens européens qu’une question plus ou moins d’intendance. Les politiciens au cour des décennies ont négligé cet aspect, avant tout parce qu’il pourrait être astreignant pour le développement économique. Ils ont oublié que « le profit » devait être partagé entre tous les citoyens, ne pas seulement profiter qu’à des trusts.

Et c’est justement de tels arguments que portent les néofascistes européens, ce que les socialistes ne peuvent plus faire car ils sont atteints de léthargie, après les défaites électorales qu’ils ont essuyées d’une élection à l’autre. C’est vraiment un paradoxe que j’ai du mal à avaler. Il ne fait aucun doute pour moi, que si nous continuons de la sorte, les rues et deviendront de plus en plus l’otage des Gilets jaunes. Et si cela devait se passer, il faut s’attendre à tout, avant tout à l’autodestruction de tout le continent. Je considère les élections qui auront lieu le 23 mai, comme cruciales. Elles détermineront notre avenir. Ce sera ou un rebond, la reconnaissance tardive des droits fondamentaux des citoyens ou le plongeons dans le déni, dans la haine qui en est toujours la conséquence. Une alliance Salvini-Le Pen , le tout parrainé par l’extrémiste américain Steve Bannon, l’ancien conseiller de Donald Trump, ne peut qu’être celle de l’incompétence et nous entraînerait tous dans un désastre à la mesure de la Seconde guerre mondiale ou de la Guerre de 30 ans. Il faudrait que les citoyens se rendent à l’évidence que ce n’est pas la marche à suivre. Mais il ne suffit pas que projeter des démons sur les écrans, il faut faire des propositions concrètes pouvant être de l’intérêt social du peuple. Il faudrait avant-tout harmoniser les lois dans ce domaine, donner à tous les mêmes droits et exiger d’eux les mêmes devoirs.

pm

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/03/05/pour-macron-la-renaissance-de-l-europe-passe-par-plus-de-protection_5431412_3210.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.