Je dois l’avouer, j’ai du mal à trouver un lien affectif en ce qui concerne le conflit entre la Russie et l’Ukraine au détroit de Kertch. C’est le passage entre la mer Noire et la mer d’Azov, où se trouvent des ports marchands approvisionnant l’Est de l’Ukraine. Les Russes ont construit un pont reliant leur territoire à la Crimée qu’ils ont annexée le 18 février 2014 après un référendum, où le oui l’a emporté. Il est probable que c’est la marine ukrainienne qui a provoqué cet incident. La riposte russe ne s’est pas fait attendre, vu que la haine entre les deux pays rend pour l’instant impossible toute entente sur le plan diplomatique. Il est évident que pour Vladimir Poutine le démembrement de l’ancienne Union Soviétique a été ressenti comme un affront, comme la décadence de l’empire. Mais il faut aussi prendre en compte les antécédents historiques. Pendant la seconde guerre mondiale, beaucoup d’Ukrainien se sont mis du côté de l’Allemagne nazie, qu’ils ont soutenu en provoquant des crimes contre l’humanité, comme la chasse aux Juifs. Beaucoup de sbires de cette région ont fait partie des tortionnaires employés dans les camps d’extermination ou pratiquaient des pogroms un peu partout en Europe de l’Est. En étant jeune homme j’ai connu un Ukrainien, qui faisait partie de la noblesse. Il a essayé de m’expliquer que pour tout patriote de ce pays, il n’était pas possible de ne pas lutter contre Staline.Le meilleur moyen avait été de tourner casaque et de porter allégeance au Führer.

Il y a encore aujourd’hui en Ukraine un mouvement nationaliste d’extrême-droite qui est virulent et qui émet les mêmes arguments que leurs aînés. Ils sont discriminatoires. La haine des Russes les motive, la raison pour laquelle le président Petro Porochenko a déclaré la loi martiale sur une partie du pays. Une manière d’en découdre, tout au moins verbalement avec l’ennemi. Même aux pires heures du conflit du Donbass il n’a pas été aussi loin. Le parlement à Kiev a approuvé à une immense majorité de suivre la recommandation de la présidence. Cela laisse la porte ouverte à tous excès de la part des néonazis. Il est probable que le gouvernement actuel est l’otage des forces nationalistes, qui trouvent au sein de la population un certain soutien. Ce n’est donc pas avant tout une affaire internationale, mais bel et bien des comptes à régler entre les habitants d’origines ukrainiennes et russes. Il n’y a pas si longtemps que cela, le président était un suppôt de Moscou. Et il avait été élu démocratiquement. Comme on le voit il y a des éléments de politique intérieure qui sont de l’ordre émotionnel. Comme c’est le cas de mon pharmacien à Munich. Il y a un grand nombre de couples mixtes. Lui est de Kiev, sa femme de Kaliningrad en Russie, la patrie de Kant lorsque cette ville s’appelait encore Königsberg. Il y a souvent des déchirures au sein des familles, ce qui n’arrange pas les choses. J’appellerais à la retenue de la part de l’étranger, car ce qui se passe ici et dans le Donbass est une affaire plus ou moins privée. Vouloir se mêler de conflits ethniques n’est en aucun cas recommandable. Tout appel à la raison s’enlisera. Comment prendre parti dans cette guerre latente ? Je suis contre les annexions, mais je dois reconnaître que les raisons ne manquent pas de l’avoir fait. Il vaut mieux se taire !

pm

https://www.lemonde.fr/international/article/2018/11/26/ukraine-le-parlement-vote-l-introduction-de-la-loi-martiale_5388995_3210.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.