Lorsque j’aborde le thème de la pauvreté des enfants, je deviens émotif. Je ne peux pas garder la tête froide en pensant que les petits souffrent parce que leurs parents sont à la dérive, que ce soit par un coup du destin ou par désintérêt pour leur progéniture. Le droit à une existence décente des mineurs est pour moi fondamental. C’est le miroir d’une société, qui souvent par sa dureté, est insurmontable envers ses enfants. Il est bon que l’État, représenté par Emmanuel Macron, se soit décidé de soutenir d’une manière plus efficace tous ceux qui vivent dans la précarité. Agnès Buzyn, et Olivier Noblecourt, délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes ont déclaré hier que le gouvernement mettrait à disposition, pendant les 4 ans avenir, 8 milliards d’euros pour enrayer les effets pervers la misère.  « Notre système social, avec beaucoup de prestations monétaires, a permis de stabiliser la pauvreté même en cas de crise, pas de renverser le destin des jeunes les plus touchés et de rompre avec la reproduction de la pauvreté. » Pour Olivier Noblecourt, « les plans successifs ne parviennent pas à éradiquer la précarité. C’est pourquoi il faut sortir de cette impuissance publique ». Je vais pas énumérer les mesures qui devraient être prises, mais plutôt m’atteler à la question comment éradiquer la pauvreté pour les nouvelles générations à l’avenir ? L’État-providence devrait intervenir que dans l’urgence, pas dans la durée. Il n’est pas indiqué que la collectivité finance à la longue un nombre grandissant de laissés pour compte. De vouloir faire d’une partie de la population des assistés, serait une erreur.

Mais où il faut investir de grosses sommes, bien plus que les 8 milliards prévus, c’est dans la création d’emplois. Il faut accompagner tout cela de lois équitables, comme par exemple lorsqu’il s’agit de licenciements abusifs. Je l’ai déjà écrit il y a quelques jours. Parallèlement à tout cela il faut renforcer les services de l’enfance, faire en sorte que le suivi soit plus efficace. Il en est question dans les mesures qui seront annoncées aujourd’hui. Il devra être fait en sorte que tous les enfants soient à égalité, notamment à l’école. Je ne peux que saluer l’initiative de leur donner la possibilité de prendre leur petit-déjeuner dans l’établissement scolaire. Il n’est pas possible d’apprendre en ayant le ventre creux. Au niveau des crèches, il est question de créer 30 000 emplois, les mesures contre la précarité peuvent être effectives, en instaurant une scolarité obligatoire dès 3 ans. Ceci en particulier dans les cités à problèmes. Comment exiger des parents, qui eux aussi vivent au seuil de la dégringolade, puissent prendre en charge comme il le faudrait leurs enfants ? « La crèche ou tout mode de garde collectif sont un élément fondamental pour l’acquisition du langage par la socialisation, donc de réduction des inégalités », plaide l’entourage de Mme Buzyn. 90 % des sommes allouées seront consacrées à ces mesures. Je trouve que cela va dans le bon sens. Ne faut-il pas tout faire pour assurer un avenir meilleur aux enfants ? C’est dans l’enseignement que l’État peut être le plus efficace. C’est bon qu’on s’en soit rendu compte !

pm

https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/09/12/petite-enfance-systeme-social-les-mesures-phares-du-gouvernement-pour-le-plan-pauvrete_5354200_3224.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.