Agir puis réfléchir, c’est une des tares de Donald Trump. Il a été pris au piège par son impulsion. Il a dû céder à ses conseillers, comme le vice-président Mike Pence ou John Bolton, des vautours. Il avait pris la décision en cavalier seul d’accepter l’invitation de Kim Jung-Un de se rencontrer à Singapour le 12 juin. Une décision spontanée venant du ventre. Et maintenant, il se trouve comme un gosse pris en faute et a dû renvoyer la rencontre. Je pense que son entourage le plus proche lui a enlevé le principal atout qu’il avait, celui d’être lui-même. Ils ont affaiblit le Président, qui se trouve déjà dans une situation précaire en ce qui concerne ses affaires. Que ce soient l’aide accordée par Vladimir Poutine au temps chaud des élections, ou ses affaires « de cul », il devait trouver de quoi redorer son blason gravement terni. La Corée du Nord lui tendit une perche, afin d’attirer l’attention des citoyens sur un rapprochement entre les deux pays, où rien n’allait plus. Cela avait assez de panache. Et maintenant ce grave revers. Il est évident que cette conférence entre les deux chefs d’État a été très mal préparée, qu’il aurait fallu s’entendre sur des points essentiels, comment réaliser la neutralisation des armes nucléaires existantes dans le Nord de la péninsule. Pas plus tard qu’hier Pyongyang a détruit en présence de journalistes du monde entier le centre d’essais, comme il l’avait promis, mais cela n’a servi à rien en ce qui concerne Washington.

Lorsque Mike Pence et d’autres ont évoqué la solution libyenne comme point de départ, ils savaient parfaitement bien, qu’ils torpillaient ainsi tout rapprochement. Cela avait tout d’abord amené Kadhafi a geler ses projets nucléaires, puis ensuite de provoquer sa chute et pour couronner le tout, son assassinat. Il est évident que cela ne pouvait pas plaire aux dirigeants de la Corée du Nord. Donald Trump a essayé de prendre ses distances par rapports aux déclarations de ses proches, afin de sauver la rencontre de Singapour, mais a échoué. Je viens d’entendre que le vice-ministre des affaires étrangères de Kim Jung-Un a déclaré que son pays restait ouvert à tous rapprochements avec les USA, que le dialogue ne devait pas être interrompu. Je crains que le Président ait été mis sous tutelle par son appareil politique et ne soit plus maître de ses décisions. Et c’est justement là que son échec est cuisant. Je pense que ses conseillers sont entrain de le dompter de force, ce qui par rapport à ses impulsions peut-être logique, mais ne sont-ils pas entrain de démonter son caractère, de vouloir en faire une marionnette? Si je me mets à la place de ses supporters, je serais plus qu’affligé, car ils lui coupent ainsi les pieds. Un Trump à demi-portion n’a aucun sens. Ce qui s’est passé là pourrait-être sa Bérézina. Pour nous Européens pas une mauvaise nouvelle. Ceci démontre qu’il n’a plus les rennes en main, mais attention, son entourage pourrait être encore pire que lui-même, c’est peu dire. Un fauve blessé peut être très dangereux. Il est probable qu’il essayera de reprendre du poil de la bête en nous imposant une hausse des taxes douanières concernant avant tout les voitures et les camions. On parle de 25 % d’augmentation. Trump fera de la surenchère, pour plaire à ceux qui le tiennent en otage. À nous de lui répondre d’une manière drastique. Nous passerons tous un mauvais quart d’heure, mais que faire  d’autre?

pm

https://www.lemonde.fr/international/article/2018/05/24/la-methode-trump-en-echec-sur-la-coree-du-nord_5304140_3210.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.