C’était du temps de la RDA, où son gouvernement devait se conformer aux ordres de l’ambassadeur russe. Tel le comportement d’un occupant, ce dernier ne se gênait pas d’imposer les vues de Moscou sans même accepter une discussion. C’est ainsi qu’on se comporte avec des colonisés. Souvenez-vous encore que pendant l’Occupation, il en était de même à Paris, où Otto Abetz transmettait les ordres du ministres des affaires étrangères du Reich, Joachim von Ribbentrop, au Maréchal Pétain. Richard Grenell, le nouvel ambassadeur des USA en Allemagne en a pris de la graine. Il est dans la droite ligne des méthodes hitlériennes ou soviétiques et considère ce pays comme une terre occupée par les USA. En menaçant l’industrie allemande de sanctions graves, si elles continuaient à vouloir commercer avec l’Iran. Il n’y a plus qu’à dire « Heil Trump ! » À la place de Berlin, j’essaierais de le mettre à la porte, car il blesse les conventions internationales en ce qui concerne l’ingérence dans les affaires intérieures d’un pays. Je ne peux qu’exprimer mon plus profond dégoût ! Je ne comprends pas Heiko Maas, le ministre des affaires étrangères, qu’il n’ait pas invité « ce gouverneur général » pour lui dire à quel point il trouvait ses propos indignes, d’un pays qui se targue d’être démocratique. Je soutiens tout à fait la revendication du parti « Die Linke », qui réclame un peu de dignité de la part du gouvernement allemand. Ou a-t-on affaire à des lavettes ? Qu’il soit dit, je ne me conformerais en aucune manière aux ordres du Führer de la Maison Blanche. S’il veut la bagarre, qu’il l’ait. En tous les cas il faudrait faire appel aux éboueurs, afin qu’ils emmènent les détritus de l’Alliance atlantique. Elle n’a plus sa raison d’être dans de telles conditions.

Nous Européens devront démontrer à Trump, que nous savons aussi taper du poing sur la table. On ne traite pas ainsi des alliés. Le Général de Gaulle, qui lui au moins avait des couilles, aurait fait un geste fort, comme il avait procédé en 1966 : Celui de mettre en veilleuse la participation de la France dans le cadre de l’OTAN. Son siège avait été alors transféré de Paris à Bruxelles. Je pense que c’est le seul langage qu’un tel individu comprenne. Au lieu de lever le bras et dire des Heil Trump pour l’amadouer, on ferait mieux de prendre ses distances. Je ne peux pas m’empêcher de penser à la conférence de Munich en 1938. Ce n’était pas beaucoup mieux. Je sais, je manque diablement de diplomatie, mais je pense qu’il y a des moments dans la vie d’un homme, où il faut quitter sa réserve. Je n’ai pas écrit cet article sur un coup de colère. J’ai longuement réfléchi comment procéder. Je suis arrivé à la conclusion qu’il fallait relever le défi et accepter le duel, comme des gens d’honneur le feraient. J’ai horriblement mal au ventre dans ce cas-là, à l’idée que des hommes et des femmes politiques, aillent faire leurs courbettes en Amérique afin d’amadouer le Führer new look. Un peu d’honneur Messieurs et Mesdames ! Je ne suis peut-être qu’une larve dans tout cela, mais une larve ayant du poil au cul ! Je me fais une autre idée de l’amitié, pas celle qui consiste de me faire insulter. Je vous souhaite un bon petit-déjeuner.

pm

http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/05/11/iran-les-entreprises-allemandes-denoncent-les-menaces-de-sanctions-americaines_5297544_3234.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.