Les drapeaux qataris sont en bernes. Le grand club de l’émirat a perdu une deuxième fois contre le Real Madrid, cette fois-ci par 2 à 1. Le Paris Saint-Germain aurait obtenu à mon humble avis, le même résultat si Neymar n’avait pas été blessé. Être éliminé en huitième de finale, après tous ces investissements frôlant la démence, démontre que le système qatari est voué à l’échec. Le football, comme d’autres activités humaines, ne peut avoir qu’un succès limité, si l’argent, comme c’est la cas ici, est mis au premier plan. Il ne suffit pas d’aller faire des achats avec son caddie pour acquérir ce qu’il y a de mieux sur le marché. Comme c’est la cas au demeurant aussi pour la politique, le foot est un jeu d’équipe. Sans une identité claire, il est voué à l’échec. Je pense que ce sera l’occasion pour tous les passionnés de football, comme c’est mon cas, de réfléchir à l’avenir de ce sport. Je tire la sonnette d’alarme ! Je ne veux évidemment pas qu’il redevienne nationaliste, chauvin, comme cela avait été le cas d’antan, mais je ne pense pas qu’il soit adéquat d’en faire une machine à sous. Un club est un élément culturel pour une ville, qui doit s’insérer dans sa mentalité, toucher avant tout les cœurs. Ses habitants doivent pouvoir parler de « mon équipe », même si des joueurs venant du monde entier la compose, comme c’est le cas par exemple pour le FC Bayern.

Il serait inimaginable pour Munich, qu’une démarche identique à celle de Paris, se déroule comme c’est le cas au PSG. Il est tout de même déconcertant, que ne soient pas des personnalités attachées viscéralement à cette capitale, qui par son histoire est une des plus importantes de la civilisation occidentale, qui aient été en mesure de reprendre ce club. Il a fallu faire appel au Qatar, qui a usurpé le championnat du monde de 2022 en graissant la patte des dirigeants de la FIFA. Cela ne correspond pas au rayonnement universel de Paris, d’où est partie la déclaration des droits de l’homme. Lorsqu’on apprend que le Qatar traite les ouvriers, qu’il a engagé pour construire les stades, comme des esclaves, on ne peut que se frotter les yeux. Je trouve plus que gênant que le PSG fasse ainsi partie du système Blatter, qui consistait qu’à considérer le football comme une action négociée à la bourse. Une équipe est formée d’hommes, non pas de machines, qu’on achète ou qu’on se débarrasse à sa guise. Des joueurs, qui pour avoir du succès, doivent porter les couleurs de leur club avec fierté. Ce ne sont pas des denrées périssables, qu’on jette à la poubelle. Oui, je me permets de parler de l’âme d’une équipe, qui dans de telles conditions ne peut pas se développer. C’est ce que j’ai cru voir hier soir. Des pions jouant sans âme, qui n’avaient pas de liens émotionnels avec le club, qu’ils étaient sensés représenter. Vous me direz qu’il en est de même pour le Real Madrid. Même si des sommes faramineuses passent d’une main à l’autre, j’ai l’impression que « les immortels » ont un lien profond avec la ville, où ils jouent. Ce sont avant tous des Espagnols qui gèrent ce club. J’espère que les Parisiens réfléchiront ce qu’il y a à faire pour l’avenir. Ne devrait-on pas se passer du Qatar ?

pm

http://www.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/47281-foot-ligue-champions-elimine-huitiemes-finale-madrid.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.