Le tribunal fédéral administratif a statué. Les villes, où le taux de pollution est trop élevé d’après les normes européennes de 2010, pourront prendre les mesures adéquates pour corriger les mauvais chiffres. Cela peut aller jusqu’à l’interdiction de circuler pour les véhicules les plus vieux fonctionnant au diesel. Cet arrêté est sans aucun doute un coup de semonce pour l’industrie automobile allemande, qui a beaucoup tablé sur ce carburant. Il ne fait aucun doute qu’on ne s’arrêtera pas là. Est-ce le coup de glas pour le diesel ? Cela pourrait être à moyenne et longue échéance le cas. La politique essaie de trouver des solutions intermédiaires, mais il faudra bien que l’industrie coopère d’une manière plus efficace que jusqu’à présent. Ce n’est pas en corrigeant la software qu’il sera possible d’en faire des moteurs propres. Il existe des moyens « mécaniques » pour arriver à de meilleurs résultats, mais il y a réticence de la part des constructeurs. Cela demande beaucoup de travail et en plus ce procédé est assez cher. En principe cela ne devrait pas être aux clients, qui ont acheté leurs véhicule en toute bonne foi, d’être puni, mais bien les grandes entreprises. En invoquant toutes les procédures légales que cela pourrait entraîner, elles démontrent qu’elles ne veulent rien savoir de cette possibilité, car il se pourrait bien que d’autres pays augmentent leurs revendications. Il y aurait aussi la possibilité de la reprise de l’ancien véhicule qui entraînerait l’achat d’un nouveau modèle, ou fonctionnant à l’essence ou celui de la nouvelle génération du diesel. Mais là aussi il n’y a pas de raisons que le client lésé casque.

Je ne suis heureusement pas concerné, tout au moins pour l’instant, par ce verdict, mais attention, les moteurs fonctionnant comme celui de mon véhicule à l’essence, sont aussi pollueurs de particules fines. Mais là il est possible de faire monter des filtres plus efficaces. Le coût est assez modeste, mais nous n’en sommes pas là. Il ne fait aucun doute que pour l’économie cette décision est un coup dur, même si pour l’instant il ne se limite qu’à la génération ancienne des moteurs diesel. Il ne fait aucun doute, que l’industrie ne pourra pas se passer pour l’instant de ce type de moteur. Il s’agira de trouver des solutions provisoires, mais au bout de ce chemin pierreux, ce ne seront que des voitures mues à l’électricité qui seront une solution radicale. Ce n’est pas sans raison que Daimler-Benz a un nouvel actionnaire chinois, un spécialiste en la matière. La preuve qu’il n’y aura pas d’autre solution que de revoir sa copie. Je pense que nous aurons dans un premier temps bien plus de véhicules hybrides, mais là aussi ce n’est qu’une alternative limitée dans le temps. Si les constructeurs allemands veulent survivre, ils devront mettre les bouchées doubles. Mais ne nous faisons pas d’illusion, au bout du compte, ce seront les propriétaires d’une auto qui seront appelés à la caisse. Le développement de nouveaux modèles remplissant les conditions imposées par le législateur, coûteront une fortune. Il faudra compter sur une augmentation assez lourde du prix d’achat. Ce serons nous, peu importe le pays, qui devront payer plus. Mais que ne ferait-on pas pour réduire la pollution ?

pm

http://www.lemonde.fr/pollution/article/2018/02/27/allemagne-la-justice-ouivre-la-voie-aux-interdictions-des-vieux-diesel-en-ville_5263168_1652666.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.