Que la jeunesse reprenne les choses en main ! Je ne peux que saluer cette idée d’Emmanuel Macron. Il serait souhaitable que la France vive un effet Obama. Yes we can ! Si les vieux comme moi ont échoué, il faut du dynamise, de la poigne et une volonté sans failles pour ravaler la façade. Nous nous sommes trop assoupis dans le conformisme et finalement aussi dans nos idéologies. Cela a paralysé, qu’on le veuille ou non, notre pays. Bien entendu les jeunes feront des fautes, devront avaler de la vache enragée, mais il vaut mieux cela qu’une société sclérosée. Ceci ne veut pas dire qu’il ne faut pas écouter les sages, mais de là à les remettre aux manettes, ce ne serait pas une bonne option. Depuis des années je demande à des plus jeunes de prendre la relève, que ce soit dans mes actions politiques en France et en Allemagne ou dans mes activités syndicales. J’avais en tant que journaliste très souvent l’impression que je devais me mouiller pour les autres. Je l’ai fait volontiers, mais devais malheureusement reconnaître que mes forces déclinaient. Je sais que lorsqu’on est en début de carrière il est délicat de s’exposer trop si on a une famille à nourrir. D’accord. Pour ma part je l’ai fait. J’ai toujours pris le risque de perdre ma position, ce qui aurait-été une catastrophe pécuniaire. Vous me répondrez que la situation a diamétralement changé et qu’il est diablement plus difficile qu’avant d’assurer un avenir. Avec la profusions de contrats à courte durée, on oblige les intéressés à se soumettre dans ma profession de journaliste. Hire and fire, telle est la situation.

Je vous écris tout cela pour vous dire qu’il faut du cran actuellement pour dire son avis haut et fort. La raison pour laquelle j’ai beaucoup d’estime pour les jeunes qui entourent Emmanuel Macron. Il n’est pas nécessaire d’être un inconditionnel pour approuver sa démarche. Bien sûr que son programme n’est pas pour moi l’Évangile. Qu’il demande encore beaucoup de travail. C’est ce qui me plaît. Nous n’avons pas à faire à des perroquets qui répètent tout ce que dit leur maître, mais à des jeunes gens qui s’engagent la première fois de leur vie pour la cause publique. Une génération qui a été traitée, injustement à mon avis, de trop laxiste. Non, elle attendait une occasion et c’est Macron qui la leur a donné. Il encourt bien sûr un risque, mais cela vaut bien plus que des discours d’alcôves, dont il ne sort rien de constructif, à moins qu’une femme s’en mêle. Puis il y a autre chose d’essentiel. « En marche ! » , comme son nom l’indique, ne fait pas du sur place. Comme il y a tout à faire, c’est une occasion pour ceux qui y participent de mettre leur grain de sel dans une structure en pleine gestation. Dans un autre parti, ils trouveraient un organigramme rigide, où il n’y aurait guère de place pour eux. Ce mouvement devra trouver le moyen de se réformer constamment. La rigidité administrative lui enlèverait sa spontanéité. Je ne peux qu’espérer qu’il reste dans un tel état de recherche constante sur soi-même. Ce seront aux jeunes de remettre constamment en question des décisions prisent parfois hâtivement. Une chose est dorénavant sûre pour moi : cette jeunesse donne à nouveau du punch au pays. Il en a rudement besoin !

pm

http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170417.OBS8093/a-bercy-macron-defie-ses-adversaires-et-lance-le-sprint-final.html

Pierre Mathias

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.