Le 500ème anniversaire de la réforme me fait aussi penser au mal que le fanatisme religieux peut provoquer. Les diatribes incendiaires de Martin Luther contre tous ceux qui à ses yeux pouvaient être considérés comme ses ennemis, ne présagent rien de bon sur ce qu’une croyance outrancière peut provoquer. Aujourd’hui cette attitude aveugle et dépourvue de toute charité, s’étant aussi sur l’Islam. Lorsque des prédicateurs incitent leurs ouailles à la violence comme c’est le cas des quatre mosquées qui ont été fermées en Île de France, cela ne peut qu’inquiéter. Mais ce n’est pas seulement certains musulmans qui agissent ainsi, aussi des sectes chrétiennes aux USA. Vouloir « honorer » Allah ou Dieu de cette manière va à contre-courant des valeurs spirituelles qui sont évoquées dans les écritures. Penser que l’intolérance est le seul moyen de sauvegarder les religions me fait frémir. Au contraire il serait temps que l’humanisme reprenne le dessus, ce qui est plus ou moins illusoire. Une fois plus c’est un phénomène psychologique qui provoque de tels excès, qui peuvent aboutir au meurtre. La peur est omniprésente dans chacun de nous, la crainte de perdre ses repaires, sa situations et en fin de compte son identité. Il est commode de trouver un ennemi pour camoufler son instabilité. C’est le meilleur moyen d’éloigner son regard de ses propres déficits. Il est évident que les tenants de l’islamisme se calfeutrent dans le fanatisme pour se revaloriser, comme les évangélistes proches du Klu-Klux-Klan. Prendre en otage la religion pour perpétrer des crimes est une méthode employée depuis la nuit des temps. Elle est presque impossible à combattre, car on se trouve confronté avec des fous de Dieu, qui sont convaincus détenir la vérité. Faire appel à la raison est une démarche vouée le plus souvent à l’échec.

Ceux qui sont atteints par ce virus, se réfugient derrière les remparts de l’intolérance. Ils pensent ainsi se battre pour la vérité et ne s’aperçoivent pas qu’ils sont l’objet de manipulations. Le terrorisme marque pour certains d’entre-eux une apothéose de leur croyance, un sacrifice de leur propre personne. Probablement le seul moyen pour eux de se valoriser. Des individus en plein dérapage qui essaient de s’agripper à des paroles erronées. Il est indéniable que notre société, si elle veut survivre, se défende avec tous les moyens contre de telles organisations. Mais ne nous faisons pas d’illusions : le seul fait de fermer des mosquées à l’idéologie extrémiste, ne réglera pas ce problème. Il faut l’attaquer depuis la petite enfance, entrer dans les familles, tendre la main à tous ceux qui se sentent – parfois avec raison – rejetés. C’est le devoir des Imams de leur expliquer que les fondements de la religion résident avant tout dans l’amour du prochain. Que ce n’est pas apporter son offrande en déclarant la guerre à tous ceux qui pensent différemment. Ce serait à l’Islam dans son ensemble d’agir avec plus de verve qu’actuellement, contre de telles dérives. L’impression prévaut que là aussi la peur est de mise. Il est évident que l’extrémisme est tout d’abord une solution de facilité que ce soit dans l’Islam ou ailleurs. Percevoir la religion pacifiquement est un exercice bien plus complexe.

pm

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/11/02/quatre-mosquees-d-ile-de-france-fermees-pour-cause-d-ideologie-radicale_5024404_1653578.html

Pierre Mathias

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.