En Allemagne les cars sillonnent tout le pays à des prix défiants toute concurrence. De Munich à Berlin, le passager paie 19 Euros. Pour la « Deutsche-Bahn », les chemins de fer allemands, une provocation. Il est toujours question de décongestionner la circulation routière, mais jusqu’à ce jour ce n’était pas possible parce que les prix des billets de trains est trop élevé. Tout au moins avec les lignes de bus, les voyageurs ont une alternative. Depuis que le monopole des transports a été radié, même en France l’instauration d’un tel réseau est entré dans les mœurs. Le nombre des utilisateurs augmente chaque jour et posera à la SNCF des contraintes financières. La raison pour laquelle elle essaie de contrer cette évolution en créant une compagnie d’autobus : les Ouibus. Les autocars Macron donneront à la population la possibilité d’avoir plus accès au droit à la mobilité. C’est un des points essentiels de notre manière de vivre dans une démocratie libérale comme nous la connaissons en Occident. Les écologistes peuvent regretter, que cette soif de mouvement conduit à plus de CO2, mais ils ne pourront pas arrêter une telle évolution. Leur critique peut être justifiée lorsque certains d’entre-eux déclarent que certains voyages sont plus ou moins inutiles. C’est ce que tout être censé peut constater, lorsqu’il se rend à un aéroport. Avec la baisse du prix des voyages, des millions de vacanciers s’agglutinent aux guichets et ceci pour se retrouver serrés comme des sardines sur des plages. Mais est-on en droit d’interdire une telle évolution ? Non !

Les habitants de la RDA ont été pendant des années mis sous clef par le régime. Les possibilités de s’évader de la prison dans laquelle ils vivaient étaient plus que restrictives. C’était une des raisons centrales de leur opposition. Ne pas pouvoir voyager à sa guise était l’égal à un rapt de la liberté individuelle. C’était une des raisons essentielles de la chute du mur de Berlin. Où veux-je en venir ? Je pense qu’avec l’instauration des autocars Macron un peu partout en Europe, les gens auront un moyen de plus de se rencontrer et de communiquer. Pour les jeunes un élément essentiel à leur évolution. Mais la condition est que les prix n’augmentent pas, lorsqu’il y aura des compagnies qui prendront le dessus comme comme Flixbus en République Fédérale qui s’octroie aujourd’hui 75% des parts de marché. Mais ses responsables savent que le prix moyen pour un trajet de 376 kilomètres est de 12 €. Si cette entreprise de transport veut continuer à être compétitive par rapport aux chemins de fer ou aux avions, elle sera obligée de continuer à se serrer la ceinture. Est-ce possible à longue échéance ? Travailler à pertes ne peut pas être une alternative. Je ne vois pas comment Flixbus et compagnie tiendront le coup. Je trouve déjà étonnant que cela soit le cas depuis 2012 en Allemagne. Si le nombre des bus augmentait encore plus, cela pourrait poser des problèmes de circulation et climatiques. La réponse à apporter: une baisse considérable des prix de transports ferroviaires. Cela impliquerait des efforts de la part des États, ce qui entraverait les lois de la libre concurrence instaurées par l’UE. Observons ce que le marché nous dictera à l’avenir ! Il ne fait pas de cadeaux !

pm

http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/03/21/les-autocars-macron-un-marche-encore-naissant_4887155_3234.html

Pierre Mathias

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.