Barak Obama s’est rendu pour la première fois dans une mosquée afin de démontrer aux américains que toutes discriminations religieuses devaient être bannies des esprits. Une action rendue nécessaire par les diatribes belliqueuses d’un candidat à la présidence. Bien que je préconise une séparation complète de l’État par rapport aux croyances, on ne peut pas faire comme s’il n’y avait pas de tensions. La laïcité n’implique en aucune façon le mépris, au contraire. Ceux qui l’ont introduite en France, avaient en tête une nation multiculturelle qui ne survit qu’en respectant les règles républicaines. Les religions, qu’on le veuille ou non, pratiquent un certain prosélytisme, ce qui amène forcément des divergences. La théologie peut être un obstacle à une vie commune équilibrée, même si elle préconise l’amour du prochain. Une sélection a en tous les cas a lieu, ce qui peut être très nocif. Que ce soit l’islamisme ou tous autres fondamentalismes, ils ne peuvent que générer la violence. Nous avons à faire à des hommes, pas seulement aux écritures qui peuvent être interprétées différemment. Les croyants sont souvent motivés par le fanatisme, ce qui ne rend pas la situation facile. Étant convaincu que le dogme ne se discute pas, il ne peut pas y avoir de rapprochement. Qu’on le veuille ou non, la démocratie a une autre démarche. Elle se base entièrement sur le dialogue et doit faire en sorte, que les mouvements de pensée se rapprochent au lieu de se confronter. Les religions ont des rapports entre elles et essayent elle aussi à trouver un terrain d’entente. Mais c’est plus difficile, car il s’agit de croyance et non d’options pragmatiques. L’adepte d’une religion pense, qu’elle ne peut pas être remises en question. Qu’elle est dans le fond immuable. Est-ce vraiment le cas ? L’histoire de la réforme dit le contraire en ce qui concerne la pratique, mais les racines restent les mêmes, ce qui peut être considéré comme de l’immobilisme. Tant que le fait religieux campe dans des notions aussi rigides que la moralité par exemple, il ne peut pas y avoir d’évolution. Si tout cela ne se discute pas, on aboutit à une levée de boucliers de part et d’autre.

L’homme moderne doit être en mesure de se remettre constamment en question. Je préconiserais une telle démarche aussi pour les dogmes, qui doivent s’adapter aux conditions actuelles. Ils ne peuvent pas rester enracinés dans un esprit séculaire qui ne correspond pas au progrès technologique. Il est vain de se référer seulement à l’histoire. La raison pour laquelle j’appellerais de mes vœux une remise en question de certaines thèses qui ne s’appuient pas forcément sur l’écriture, bien plus sur des traditions ancestrales qui ne correspondent pas à notre quotidien. Je veux prendre en particulier l’attitude envers les femmes. Ce que le judaïsme, la chrétienté et l’islam pratiquent dans certains cas encore, est en parfaite contradiction avec le sens profond de la parole de Dieu. Des habitudes machistes sont interprétées comme étant des lois à suivre scrupuleusement. Cela n’a rien à voir avec le message monothéiste, qui implique en tous les cas la tolérance, le respect d’autrui et l’empathie. Nous vivons malheureusement le contraire !

pm

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2016/02/03/obama-se-rend-pour-la-premiere-fois-dans-une-mosquee-americaine_4858836_3222.html

Pierre Mathias

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.