Aujourd’hui c’est l’échéance. Sauf miracle, la Grèce fera faillite. Elle ne remboursera pas une partie du prêt que le FMI lui a accordé. Alexis Tsipras a menacé de démissionner si le oui l’emportait. Je trouve étrange qu’un gouvernement appelle le peuple à se suicider. Son chef espère ainsi avoir plus de poids lors de négociations futures. Je crains fort que personne en Europe veut subir un tel chantage. Il s’en remet au peuple pour décider à sa place. C’est abuser du droit au référendum. C’est un aveu d’incapacité ! Qu’il prenne son chapeau dans de telles conditions ! Un tel plébiscite se prépare. Dans ce cas bien précis il fait voter un texte qui n’existe que dans son imagination. Soyons clairs, à partir de minuit il n’existe plus de propositions venant des créanciers. Point à la ligne ! La démocratie ne peut pas fonctionner ainsi. C’est un abus de confiance contre ses propres citoyens. Une fois de plus la preuve que les populistes battent de l’aile lorsqu’il s’agit de prendre des décisions. Je ne peux pas reprocher au Syriza de dire non, mais pas dans de telles conditions.

C’est la raison pour laquelle je ne verrais pas d’un mauvais œil un renversement. Un référendum, cela se prépare. J’ai vécu en Suisse et je sais ce qu’il en est. On ne peut pas le faire à la sauvette « parce qu’on a les jetons ». Ce qui se passe là-bas est une gifle pour le système démocratique, parce qu’il le ridiculise. Je n’ai rien contre un tel scrutin, au contraire, mais pas dans de telles conditions. Si les grecs continuent à être si aveugles, qu’ils en subissent les conséquences. Monsieur Tsipras n’a pas même eu le courage de dire que le vote de dimanche est un oui ou un non envers l’euro, même plus contre l’UE. Chaque pays est libre de décider comme il le veut, mais qu’il le fasse avec un peu de dignité. Je ne parle pas du peuple, mais de ses dirigeants. Leurs lamentations sont insupportables. Ce sont leurs prédécesseurs qui ont acculé le pays. Mais ce qu’ils font eux n’est pas meilleur. Ils sont en train de plonger la Grèce dans le marasme le plus complet et accusent les autres d’en être les artisans. À ma connaissance il est tout à fait légitime qu’on soit obligé de payer ses dettes. Mais ce n’est pas l’avis du gouvernement. Il veut qu’on lui fasse des cadeaux, qu’on leur remette une partie des sommes dues. Du point de vue économie cela serait assez logique, mais c’est à ceux qui ont prêté de décider, pas à ceux qui sont dans l’obligation. Les rôles sont inversés ce qui est un comble. Ceux qui veulent aider sont traités de félons. Dans de telles conditions je trouverais parfaitement légitime qu’on ne leur fasse plus de cadeaux. Leur jeter de l’argent aux pieds en se faisant injurier, n’est pas ma façon d’envisager l’avenir. Le référendum prouvera si le peuple a encore un reste de raison. S’il est prêt à se suicider pour les beaux yeux d’Alexis Tsipras, c’est son affaire. Ses méthodes sont dignes de la mafia. Pour un homme de gauche une attitude incompatible avec les idéaux de justice. Ce n’est pas mon style d’écrire un tel pamphlet, mais je suis en colère. Je ne vois pas pourquoi je devrais comme contribuable payer de ma poche une telle folie. Si les gens veulent le Grexit, c’est leur affaire. J’ai toujours voulu que la Grèce ne quitte pas la zone euro. Je suis en train de changer d’avis parce que je suis complètement dégoûté.

pm

http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/06/29/grece-tsipras-veut-un-non-massif-pour-pouvoir-peser-sur-la-suite-des-negociations_4664212_3214.html

Pierre Mathias

Schreib einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *