C’est l’horreur ! Plus de 800 réfugiés venant de Libye se sont noyés. Des passeurs criminels les ont forcés à monter sur une embarcation réservée à un nombre limité de personnes. Il y a eu un appel de détresse. Un cargo portugais a pu se diriger vers le lieu où se trouvait le bateau. Lorsque les fugitifs l’ont vu, ils se sont tous déplacés de son côté et ont provoqué ainsi le naufrage. La plupart d’entre-eux ne savaient pas nager. Une catastrophe qui met la politique migratoire de l’UE au pied du mur. C’est un échec cuisant pour une politique vouée à l’échec. Il est impossible que Bruxelles ne réagisse pas. La peur de se trouver face à un flot ininterrompu d’individus cherchant un avenir meilleur sur notre continent peut expliquer l’attitude des autorités. Il n’est un secret pour personne que l’atmosphère est empoisonnée par les populistes, qui attisent le feu du racisme, de l’exclusion. Pour eux chaque réfugié qui n’atteint pas son but est un bon réfugié, même s’il meurt. Leur discours humanitaire est pour moi encore plus insupportable que leurs diatribes meurtrières. Faire semblant de s’intéresser au sort des fugitifs est du cynisme pur. Aussi la tentative de faire la différence entre les personnes victimes de la guerre et celles de la faim. D’un côté appliquer le droit d’asile, de l’autre rejeter tous ceux qui sont menacés par la disette, me fait penser à la sélection au camp de concentration de Birkenau. Mais ne nous leurrons pas, nous nous trouvons face à un problème de taille. L‘ Europe n’est pas en mesure d’accueillir tout le monde. Si les conditions d’intégration s’en trouvent menacées, cela pourrait être de la dynamite. Il est malheureusement évidant qu’une sélection doit avoir lieu.

Pour éviter le renouvellement de telles horreurs, il faudrait installer sur le territoire africain des camps pouvant recevoir tous ceux, qui pour une raison ou une autre, sont forcés de quitter leur patrie. C’est là que les démarches devraient être faites pour assurer à tous ceux qui remplissent les conditions édictées par les lois européennes, un passage ordonné en direction de l’UE. Sur le papier cela semble être logique, mais qu’en est-il de tous ceux qui devront être refoulés ? Peut-on sans sourciller les envoyer à la mort ? Fermer les yeux sur tout ce qui a motivé leur départ ? Du point de vue humanitaire cela n’est pas compatible avec nos principes marqués pas la Charte des droits de l’homme. Mêmes si nos raisons sont compréhensibles, nous ne pouvons pas agir ainsi. L’UE en collaboration avec la communauté internationale, sera obligée de mettre sur pied des programmes de développement économique. Tant que l’Afrique ne pourra pas se nourrir de ses ressources, le flot migratoire ne pourra pas être stoppé. J’émets des doutes qu’une telle initiative puisse être mise sur pied, car elle coûterait les yeux de la tête. Dans l’état financier dans lequel nous nous trouvons, plutôt une utopie. Cela reviendrait à dire que rien ne bougera. Il faut voir la réalité comme elle se présente vraiment. Personne n’est en fait prêt à vouloir « faire l’aumône » à des populations accusées de s’être mises plus ou moins volontairement dans une telle situation. C’est une injustice impossible à supporter, mais un fait réel ! Envoyer des innocents au diable est un génocide ! Qu’on se le dise !

pm

http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2015/04/19/on-ne-peut-pas-faire-comme-si-chaque-tragedie-allait-etre-la-derniere_4618795_1654200.html

Pierre Mathias

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.