Une fois de plus Jean-Marie Le Pen réitère sa déclaration de 1987 prétendant que les chambres à gaz sont un détail de l’histoire. Il avait été condamné, mais cela ne semble pas l’impressionner. Au contraire, il dit n’avoir jamais prononcé des paroles antisémites. Patrick Bruel, pour lequel il voulait organiser une nouvelle fournée, ne serait sûrement pas de cet avis. Marine Le Pen se distance depuis 2005 de son père en ce qui concerne de tels propos. Elle a réagi très mal en le réécoutant. L’image qu’elle veut donner au FN ne correspond pas aux vues de son géniteur. Une histoire de famille qui fait tache. Le senior se situe dans le cadre d’une tradition antisémite qui sévit aussi en France depuis des générations. Je suis malheureusement d’avis que beaucoup d’électeurs votant pour sa fille partagent ses opinions. Mais aussi les autres partis sont concernés. Des déclarations scandaleuses justement dans des temps difficiles pour la communauté juive. L’attaque du magasin casher et le meurtre de quelques clients par les islamistes ont provoqué une ambiance de suspicion. De plus en plus d’israélites veulent quitter leur pays d’origine parce ce qu’ils ont tout simplement peur.

Et puis il y un Dieudonné qui attise la haine avec un comique des plus douteux. Pas étonnant que le patriarche apprécie ce qu’il donne de lui. Ces personnes sèment l’intolérance et provoquent la violence. Et puis il y a les infâmes clichés qui montrent « le juif éternel » issus de la revue nazie « Der Stürmer ». Il a forcément le nez crochu, n’a qu’une idée, s’enrichir au détriment des pauvres chrétiens, qui sont forcément honnêtes. Jean-Marie Le Pen n’émet pas de telles opinions parce qu’il est « gâteux ». Il a toute sa tête et sait qu’il touche ainsi bien des citoyens. Un grand nombre de ces derniers n’avoueraient jamais ressentir un malaise par rapport aux juifs, mais au fonds de leurs alcôves ils disent : s’il avait raison ? Le président d’honneur du FN aime provoquer, empoisonner une atmosphère qui est déjà très tendue. Il n’est pas étonnant que les personnes visées sont de plus en plus nerveuses. Je suis le dernier à tomber dans un état d’hystérie. J’essaie d’analyser simplement ce qui se passe. L’amalgame fait entre la politique de l’État d’Israël et la religion juive est fatal à mes yeux. On peut être contre le sionisme et se reconnaître dans une croyance survivant depuis la nuit des temps. Il est assurément dans l’intérêt de Benjamin Netanjahou de prétendre que toutes personnes étant contre son État est forcément un antisémite. Il joue avec le feu et le sait parfaitement. Émettant des doutes par rapport à sa politique, on me classe forcément dans le ce camp-là. C’est limiter la liberté d’expression, ce que je trouve tout à fait inadmissible. Lorsque je prétends être pour la création d’une nation palestinienne ou que je m’oppose au massacre de la population de la bande de Gaza, on me reproche de cracher du venin. Dans un certain sens les partis pris que le gouvernement de droite à Jérusalem élève au niveau d’un dogme, ne sont pas si différents que l’idéologie du FN. La France aux Français, Israël aux juifs, des propos qui ne peuvent que provoquer l’exclusion et en fin de compte la haine. Si on analyse dans un tel aspect les déclarations de part et d’autre, il y a de quoi désespérer. Toujours un mot pour rire, n’est-ce pas ?

pm

http://www.liberation.fr/politiques/2015/04/02/les-chambres-a-gaz-toujours-un-detail-pour-jean-marie-le-pen_1233597

Pierre Mathias

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.