L’enjeu d’un accord est d’une importance vitale pour le Proche et Moyen-Orient. Après des décennies de conflits, il serait temps que ce pays rejoigne à nouveau le concert des nations et ceci même sans l’accord de Benjamin Netanjahu et des Républicains au Congrès à Washington. Rester sur le statu-quo serait du poison, d’autant plus que les mouvements extrémistes de l’Islam sunnite prennent de plus en plus d’influence et par leurs actions terroristes sont un élément déstabilisateur. Sans le poids de l’Iran il sera très difficile de mettre un terme à l’horreur que fait régner l’État Islamique ou Al Quaida un peu partout dans le monde. Les dirigeants européens et Barak Obama le savent parfaitement. C’est la raison pour laquelle ils ont mis tant d’acharnement à arriver à un accord concernant l’énergie atomique de la République Iranienne. Il est signé ! C’est aussi la tentative de d’empêcher certains pays de soutenir le fondamentalisme.

Puis il y a des points d’interrogation concernant l’Arabie Saoudite et certains émirats qui ont encore un système politique rétrograde. Seront-ils un jour eux-aussi visés par l’EI ? La nervosité qui règne actuellement en ce qui concerne le Yémen où une guerre est engagée, démontre à quel point ces régimes conservateurs sont déstabilisés. Mais il serait naïf de croire que sans l’Iran il puisse y avoir un jour un retour à la normalité. Ce qui rend toutes tentatives d’apaisement si difficiles, c’est la question religieuse. Chiites et Sunnites se combattent idéologiquement ce qui n’arrange pas la situation. Un phénomène que nous avons connu en Europe lors de la guerre de Trente Ans, qui a eu comme conséquence la destruction de tout le continent. Quand les religions s’en mêlent, il est certain que l’idéologie se transforme en une machine de guerre et ceci en plein 21ème siècle. C’est parfaitement désolant et empêche toute stabilité dans une région qui en aurait le plus grand besoin. La raison pour laquelle il faut absolument éviter que l’Iran se dote de bombes atomiques. Il en va de la sécurité d’Israël et de ses voisins. Mais ce ne sera chose faite que si les protagonistes se mettent autour d’une table de négociations pour arriver enfin à stabiliser leurs relations. Tant que qu’il y aura de la haine des deux côtés il ne peut pas y avoir d’espoir. Benjamin Netanjahu n’a probablement pas intérêt que les deux tendances de l’islam trouvent un terrain d’entente. En divisant ses adversaires il croit arriver à endiguer les menaces à l’encontre de son pays. Mais je pense que c’est un des éléments majeurs pour laquelle il s’oppose avec un tel acharnement à un accord à Lausanne. C’est une vue d’esprit à court terme qui peut jouer un mauvais tour à son peuple. La discorde a toujours été un mauvais moyen pour assurer la sécurité. Il devrait le savoir. La peur que l’Iran puisse un jour bombarder avec des armes atomiques Israël me semble pas être la raison majeure. Tout le monde sait que la radio-activité ne connaît pas de frontières et que les Palestiniens seraient touchés. C’est plutôt une question de géopolitique qui guide ses réflexions. Il n’a probablement pas compris que cette stratégie mène dans le néant. Il serait évidemment temps que l’Iran reconnaisse enfin un droit à l’existence à Israël. Je ne pense pas que cela puisse se faire dans de telles conditions. Un accord indispensable !

pm

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/04/02/nucleaire-iranien-un-accord-se-profile_4608769_3218.html

Pierre Mathias

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.