Donald Trump rencontrera ce soir (heure locale) à Buenos Aires au G20 Xi Jinping, le leader de la Chine éternelle pour voir avec lui, s’il y a possibilité de d’enterrer la hache de guerre en ce qui concerne leurs relations commerciales. Les taxes douanières ont augmenté de 25 % et mettent à mal l’économie des deux pays. D’une part les sociétés chinoises ont bien du mal à rester compétitives et sans aides de l’État à l’avenir pourraient être mises à mal. De l’autre, un nombre assez important d’entreprises américaines, notamment dans le secteur de l’automobile, sont dépendantes de pièces détachées chinoises, qui jusqu’alors étaient utilisées dans les véhicules qu’elles produisent. Et si elles ne peuvent pas s’en passer, il faut payer le prix fort, ce qui n’est pas très compétitif, dans un domaine, où chaque dollar compte. Il serait de l’intérêt des deux adversaires de renégocier un nouveau traité commercial, comme l’ont fait les USA, le Canada et le Mexique. Il faut à tout prix sauver le système commercial multilatéral a déclaré Xi Jinping. Il a promis de faire des efforts en ce qui concerne la protection de la propriété intellectuelle, ce qui jusqu’à présent n’a pas été le cas. L’essor économique étourdissant de l’Empire du milieu, a été possible que « par le vol de brevets », ce qui n’a pas été du goût des puissances occidentales et pour cause. Puis il y a une politique de dumping des prix, qui n’est possible, car bon nombre de travailleurs gagnent à peine le minimum vital. Les conditions sociales ne sont pas dignes d’une nation qui se dit être fidèle au communisme. Le troisième élément perturbateur, est le rachat de sociétés, en particulier dans le domaine technologique, en Europe ou ailleurs. L’Allemagne y a laissé des plumes en particulier avec la reprise de l’entreprise Kuka & Co à Augsbourg qui est en pointe en ce qui concerne les technologies de demain. Ceci a été une catastrophe pour un pays qui se dit indépendant, comme c’est le cas de la République Fédérale, lorsqu’on sait que Kuka est aussi bien implanté dans le domaine militaire. Cela cause de la grogne. Il faudra bien Xi Junping se montre plus coopératif dans les domaines que j’ai évoqués. Même si je n’aime en aucune manière Donald Trump, je dois reconnaître qu’il y a des arguments qui jouent en sa faveur. Si ce soir il pouvait obtenir un fléchissement de l’attitude chinoise, ce serait sans aucun doute une grande victoire en sa faveur. Il y a des signes qui démontrent qu’il serait possible d’arriver éventuellement à un accord. Wall Street a été optimiste hier. Les cours ont augmenté. Puis dans tout cela il y a évidement l’UE, qui veut arriver à signer un nouvel accord commercial avec les USA. La menace d’augmenter les exportations des autos de 25 % fait peur à nos constructeurs, qui pourraient rester sur la touche et qui pour ne pas sombrer dans la récession, seraient forcés de mettre à la portes bon nombre d’employés. Une perspective menaçante, qui pourrait nous mettre dans une très mauvaise situation. Là aussi il serait dans l’intérêt des partenaires de trouver au plus vite un accord. L’Europe pourrait s’attaquer à des sociétés comme Apple, Microsoft ou Google. Ce serait le début d’une guerre sans merci. Voulons-nous en arriver-là ?

pm

https://www.nouvelobs.com/topnews/20181201.AFP9375/le-g20-tendu-samedi-vers-le-choc-commercial-usa-chine.html

L’Assemblée Nationale a interdit symboliquement l’utilisation de la fessée comme moyen éducatif. Mais qui sera attrapé sur les faits, ne sera pas poursuivi. Je dois dire que je ne comprends pas tout à fait cette mesure d’apaisement. Pourquoi de tels parents ne seraient-ils pas poursuivis par la loi comme les voleurs à l’étale ? Une fois de plus l’État ne veut pas donner l’impression de s’insérer dans la vie intime des familles. Une vrai plaisanterie ? On a le droit de s’attaquer à un enfant, tout simplement parce que depuis la nuit des temps cela a été ainsi. La ministre de la santé, Agnès Buzyn a donné des chiffres déconcertants à ce sujet. En 2017 il y a eu 47.745 enfants victimes de violences, de mauvais traitements et d’abandon. Entre 2010 et 2016 il y a eu 363 décès recensés, soit une moyenne de 72 morts par an. Et ceci n’est probablement qu’une partie de ce qui se passe vraiment. Quel est le petit ou la petite qui ira dénoncer ses parents ? Et en ce qui concerne les meurtres, il y en a sûrement beaucoup qui passe sous le bilan des accidents domestiques ou autres. Mais ces chiffes effrayants devraient nous faire réfléchir. J’approuve entièrement Madame Buzyn lorsqu’elle affirme que la violence n’est pas un moyen éducatif. Pour ma part je n’ai qu’une seule fois perdu les nerfs et ait donné une fessée à ma fille, ce que je regrette encore aujourd’hui. La vrai raison de tels méfaits, c’est que les adultes perdent souvent pied lorsque l’enfant les provoque ou que les bébés pleurent sans arrêt. Certains adultes sont enclin à les prendre et à les secouer. Beaucoup de nouveaux-nés meurent ainsi. Le diagnostique est souvent celui d’une mort subite. Ces derniers temps cela change, car la presse entre dans les détails et décrit ce qu’il en est vraiment. Weiterlesen

Rühre mit dem Löffel in der Tasse,

sinniere vor mich hin, Punkt!

Der Kaffee rotiert etwas länger

als nötig. Sei´s drum!

Weihnachten kommt auf uns zu,

ich suche die Vorfreude

auf das Friedensfest, Punkt!

In der Ukraine droht man mit Krieg.

Schaue aus dem Fenster des Cafés,

sie huschen vorbei, Punkt!

Zum nächsten Termin, in die Pause,

Was mag sie auch immer treiben …

Einige tragen schon Weihnachtsgeschenke,

den Griff des Kommerzes im Nacken, Punkt!

Die große Einkaufswelle, sie rollt.

Weihnachten ist erst in einem Monat!

Wo ist Euer Mitgefühl geblieben?!

In diesem, unserem Land,

ist das ganze Jahr Weihnachten, Punkt!

Möglich, alles, was das Herz begehrt.

Güter sammeln wir an,

als wär´s unser Seelenheil, Punkt!

Das Mekka des Daseins, ich trinke.

Schlaraffenland war mal sehr fern.

Warum hat man uns hinausgeworfen,

aus dem Paradies?

Eva pflückte Obst der Erkenntnis, Punkt!

Auf eigenen Füßen stehen, so die Ansage.

Ich rühre den Kaffee, er kreist,

wie meine Gedanken, Punkt!

Schaue hinaus, auf die Fassaden,

dazwischen Marionetten, eilend.

Diese ganze Welt, eine Illusion!

Wer steuert das Schiff, wer ist der Kapitän?

Sie reden im Caféhaus, über Güter

und Kommerz, Punkt!

Seht Euch an, den, die Andere!

Du kennst den Menschen nicht, Punkt!

Prunk und Entfremdung um uns.

Wie nahe sie sich doch sind!

Le G20 qui aura lieu à Buenos Aires ne se présente pas sous les meilleures augures. Donald Trump veut en découdre avec la Chine, la Russie et aussi l’UE, rien que cela. La seule chose positive est un accord de libre-échange entre le Canada, le Mexique et les USA, démontrant qu’avec un peu de bonne volonté il est possible d’arriver à un bon résultat. Verra-t-il Vladimir Poutine? Depuis les incidents avec l’Ukraine, l’atmosphère est tendue entre la Russie et les USA. Il est même question que Donald Trump refuse de le rencontrer pour un tête-à-tête qui était pourtant prévu. Pourtant c’est en période de crise qu’il serait essentiel que les chefs-d’État se parlent. Ce n’est pas en attisant la braise, qu’on calmera les esprits. Émettre un jugement sur ce qui s’est passé entre la mer Noire et le mer d’Azov est pour l’instant impossible. Qui a provoqué l’autre ? Si les États-Unis veulent encore jouer un rôle dans le monde, il serait urgent que le président rencontre Vladimir Poutine. En jouant à l’offensé il se met en touche. Et la Chine ? La rencontre avec Xi Jinping pourra-t-elle apporter une accalmie entre les deux pays ? La guerre commerciale qu’ils se livrent, apporte de grands désavantages pour l’un comme pour l’autre. L’industrie américaine, qui utilise beaucoup de pièces détachées et de l’électronique chinoise, est de plus en plus victime des taxes douanières. Le prix de ses produits augmentera pour autant. Sera-t-elle encore en mesure de lutter contre la concurrence ? Une question que Donald Trump devrait se poser. C’est la preuve qu’avec la mondialisation les économies sont de plus en plus imbriquées entre-elles. La preuve que l’isolationnisme est une absurdité. Puis il le cas de l’Arabie Saoudite. Le sénat vient de se mettre en travers à la bienveillance du président envers Mohammed ben Salmane. Il exige que les USA condamnent le régime de Riad. S’il rencontrait malgré tout le prince-héritier, il provoquerait des remous politiques à Washington. Il n’a pas intérêt que les rapports avec le Congrès se détériorent. Une fois de plus la preuve que Trump agit avant de réfléchir, car il pouvait s’attendre à cette réaction des sénateurs. Et puis au bout de tout cela il y a l’UE. Il va brandir la menace d’augmenter de 25 % les taxes douanières pour les voitures européennes, ce qui mettrait en danger les négociations concernant un accord de libre-échange en discussion actuellement. Jean-Claude Juncker et lui avaient décidé qu’il y aurait un moratoire jusqu’à la signature d’un accord de libres-échanges. Maintenant que la GM veut renvoyer des milliers de travailleurs et d’ouvriers, il y a un vent de panique à Détroit. C’est la preuve que les voitures made in USA ne trouvent pas forcément des acquéreurs. Le coup de colère de Donald Trump, ne changera en aucun cas cette réalité. S’il croit qu’il pourra aider l’industrie automobile américaine en menaçant l’Europe, il se fait des illusions. Il serait plus opportun qu’il apporte un soutien plus effectif en ce qui concerne la recherche. Comme on le voit tout se focalise autour d’un homme qui veut en découdre avec tout le monde. C’est la raison pour laquelle, je ne pense pas qu’il soit possible d’arriver à de bons résultats. Trump veut le KO ! Mais il n’a pas trempe d’un champion !

pm

https://www.nouvelobs.com/topnews/20181129.AFP9295/decide-a-en-decoudre-donald-trump-arrive-jeudi-pour-le-sommet-du-g20.html

Tout ce qu’a dit Emmanuel Macron hier dans son discours sur l’avenir énergétique de la France était sensé, logique même. Les mesures qui devront être prises ont été clairement évoquées, mais ce qui manquait cruellement c’était une approche humaine, dans la forme, des problèmes que beaucoup de citoyens vivent aujourd’hui. Il a certes dit qu’il ressentait l’injustice que bien des personnes vivaient, qu’il fallait absolument y remédier, mais ceci d’une manière pragmatique. Sans aucun doute le Président est très versé dans bien des domaines. Il y a une vue analytique que peu de chefs d’État ont, ce que j’apprécie chez lui. Aussi la manière de vaincre les obstacles part dans le bon sens. Mais il est difficile de faire d’un technocrate – loin de moi d’y voir qu’un aspect négatif – un être capable de prendre dans ses bras des malheureux et d’essayer de leur apporter un certain réconfort. Il n’appartient pas à cette catégorie de personnes, bien que je sois certain qu’il ressent bien leur situation, qu’il y soit sensible, contrairement à ce que prétendent ses détracteurs. Il a du mal à sortir de sa retenue. Probablement par timidité comme je l’ai déjà évoqué. C’est là que le bât-blesse. Vouloir faire un individu qu’il n’est pas, est du domaine de l’impossible. Je suis certain qu’il sera brillant au G20 en Argentine, qu’il fera tout pour préserver les intérêts de la France et de l’UE, que le message apporté par les Gilets jaunes ne le laisse pas indifférent, mais il est évident qu’il se sent plus à l’aise sur le parquet diplomatique que sur le terrain. Serait-il capable d’apporter de l’empathie aux manifestants qui bloquent par désespoir un péage d’autoroute en faisant griller des saucisses ? Non, même s’il le voulait, il y serait déplacé. Weiterlesen

Russland hat im Asowschen Meer ukrainischen Schiffen die Durchfahrt verwehrt, sie mit Waffeneinsatz geentert und sie dann beschlagnahmt. Das Parlament in Kiew wird die Einführung des Kriegsrechts beraten. Auch die Reserve soll in Bereitschaft gesetzt werden.

Die Meerenge zwischen der Krim und Russland verbindet das Schwarze Meer mit dem Asowschen Meer. Russland hat die Straße von Kertsch wieder für den Schiffsverkehr geöffnet (Nachrichtenagentur RIA).

Zwischen der Ukraine und Russland spitzt sich der Konflikt um die von Russland annektierte Halbinsel Krim zu. Der UN-Sicherheitsrat wird zu einer Dringlichkeitssitzung zusammenkommen.

Das ukrainische Parlament will bei einer Sondersitzung über die Einführung des Kriegsrechts entscheiden. Dies bedeute jedoch nicht, dass die Ukraine offensive Operationen unternehmen will.

An den Frontlinien in der Ostukraine soll sich dadurch nichts ändern.

Moskau bestätigte, drei ukrainische Schiffe aufgebracht zu haben. Die Schiffe seien wegen Grenzverletzung festgehalten worden, hieß es beim zuständigen russischen Inlandsgeheimdienst FSB. Bei der Aktion sollen sechs Ukrainer verwundet worden sein.

Die Russen werfen den Ukrainern vor, ihre Territorialgewässer verletzt zu haben, die Ukrainer hingegen pochten auf internationales Recht – und auf die Tatsache, dass die Gewässer vor der Küste der Krim weiterhin ukrainisch seien. Am Ende rammten die Russen ein Schiff der Ukrainer, es sollen Schüsse gefallen sein.

Wie man die gestrigen Ereignisse in der Straße von Kertsch auch nennen möchte, sie könnten sich sowohl für den Kremlchef als auch für den ukrainischen Präsidenten Poroschenko innenpolitisch als nützlich erweisen.

Putin kann eine Eskalation des Konflikts mit der Ukraine gut gebrauchen: Seine Umfragewerte haben nach der kontroversen Rentenreform gelitten. Nur noch 45 Prozent der Russen hätten laut Umfragen für ihn bei einer Präsidentschaftswahl gestimmt, ein desaströses Ergebnis für einen autoritären Herrscher. So niedrig war sein Rating zuletzt im Februar 2014, wenige Wochen vor der Annexion der Krim (welt.de).

Umfragewerte kümmern allerdings nicht nur Wladimir Putin (zeit.de). Am 31. März 2019 stehen in der Ukraine Präsidentschaftswahlen an, und für den amtierenden Präsidenten Poroschenko scheinen die Chancen für eine Wiederwahl zu schwinden. Je nach Umfrage schafft es Poroschenko aktuell auf den zweiten oder dritten Platz, seine Konkurrentin Julia Tymoschenko liegt in Führung.

Die EU will sich morgen bei einem Treffen der für Sicherheitsfragen zuständigen Botschafter mit den Spannungen zwischen der Ukraine und Russland beschäftigen. Eine Nato-Sprecherin sagte, man rufe zu Zurückhaltung und Deeskalation auf. Das Militärbündnis unterstütze die Schifffahrtsrechte der Ukraine in ihren Hoheitsgewässern und rufe Russland auf, „ungehinderten Zugang zu den ukrainischen Häfen am Asowschen Meer sicherzustellen, im Einklang mit internationalem Recht“.

Der Vorfall ist nicht der erste. Das Verhältnis zwischen beiden Ländern ist wegen der Annexion der ukrainischen Krim durch Russland im Jahr 2014, sowie durch die Kämpfe in der Ostukraine zerrüttet, in welchen Moskau die prorussischen Separatisten militärisch unterstützt. Zuletzt hatte Kiew angekündigt, die Präsenz der Marine im Asowschen Meer zu erhöhen. In den vergangenen Monaten hatten beide Seiten Fischkutter in dem Meer festgesetzt und beschlagnahmt.

Die Haltung der EU ist ziemlich eindeutig. Die Straße von Kertsch, die am Asowschen Meer liegt, muss passierbar sein für alle Beteiligten, auch für EU-Schiffe, es könne nicht sein, dass Russland diese Straße zumacht. Hieran hängen auch große Häfen wie Mariupol in der Ukraine. Man könne das Gebiet nicht einfach von der Außenwelt abschotten.

Die Straße von Kertsch trennt die Krim vom russischen Festland. Die Meerenge darf nach einer Vereinbarung zwischen den Nachbarstaaten befahren werden. Russland hatte nach der Annexion der Krim 2014 durch den Bau einer Brücke eine Landverbindung zu Südrussland geschaffen.

Das Gazprom mit Feuereifer an der Turkstream-Leitung arbeitet ist alles andere als im ukrainischen Interesse. Die Situation ist aufgeschaukelt, die Vereinten Nationen, die EU und die NATO können nicht laut genug nach Deeskalation rufen.

Bleibt zu hoffen, dass dieser Ruf nicht „im Novemberwind verhallt“ (stuttgarter-nachrichten.de).

Je dois l’avouer, j’ai du mal à trouver un lien affectif en ce qui concerne le conflit entre la Russie et l’Ukraine au détroit de Kertch. C’est le passage entre la mer Noire et la mer d’Azov, où se trouvent des ports marchands approvisionnant l’Est de l’Ukraine. Les Russes ont construit un pont reliant leur territoire à la Crimée qu’ils ont annexée le 18 février 2014 après un référendum, où le oui l’a emporté. Il est probable que c’est la marine ukrainienne qui a provoqué cet incident. La riposte russe ne s’est pas fait attendre, vu que la haine entre les deux pays rend pour l’instant impossible toute entente sur le plan diplomatique. Il est évident que pour Vladimir Poutine le démembrement de l’ancienne Union Soviétique a été ressenti comme un affront, comme la décadence de l’empire. Mais il faut aussi prendre en compte les antécédents historiques. Pendant la seconde guerre mondiale, beaucoup d’Ukrainien se sont mis du côté de l’Allemagne nazie, qu’ils ont soutenu en provoquant des crimes contre l’humanité, comme la chasse aux Juifs. Beaucoup de sbires de cette région ont fait partie des tortionnaires employés dans les camps d’extermination ou pratiquaient des pogroms un peu partout en Europe de l’Est. En étant jeune homme j’ai connu un Ukrainien, qui faisait partie de la noblesse. Il a essayé de m’expliquer que pour tout patriote de ce pays, il n’était pas possible de ne pas lutter contre Staline.Le meilleur moyen avait été de tourner casaque et de porter allégeance au Führer. Weiterlesen

« C’est un jour triste, ce n’est pas un moment de jubilation de voir un pays quitter l’UE. (…) C’est tragique », a tweeté Jean-Claude Juncker. Il dit exactement ce que nous les Européens devrions ressentir en parlant du Brexit. On ne peut pas pavoiser lorsqu’il y a divorce. Mais ce qui a été conclu hier, n’est à mon avis pas le point final. Theresa May aura le plus grand mal à faire avaler les couleuvres que recèlent ce document de 600 pages pour ceux qui sont pour une séparation dure et pure. Les Unionistes irlandais ont d’ores et déjà dit qu’ils ne soutiendraient plus le gouvernement, si l’accord n’était pas modifié. Les 27 ont prétendu de leurs part, qu’il n’y aurait plus de négociations à ce sujet. De nombreux parlementaires, aussi ceux appartenant aux Tories, diront non aux efforts entrepris par May. Il est très probable dans l’état actuel des choses, elle n’aura pas de majorité. Nous nous dirigeons, qu’on le veuille ou non, vers une crise majeure. Il serait temps que le peuple britannique, tels les Gilets jaunes, mette un terme à ce jeu politique qui est sordide. Je ne vois qu’une solution, celle d’appeler une fois de plus les citoyens à se rendre aux urnes, car ce sont eux qui seront les victimes du Brexit. Pas les riches qui ont placé leurs sous à l’étranger. Si le divorce se déroule dans les plus mauvaises conditions, il y aura une hémorragie sans précédent. De multiples entreprises quitteront le pays, la City battra de l’aile malgré les déclarations optimistes d’un Boris Johnson. Je crains que ce sera le sauve-qui-peut. Weiterlesen