Que d’âneries ne faut-il pas entendre, lorsque des fondamentalistes comme Mike Pence, le vice-président des États-Unis, ou l’ex-pape Benoît XVI parlent des relations sexuelles des hommes et des femmes. L’étoile montante du Parti Démocrate, Pete Buttigieg, a dénoncé « le grand moraliste » qu’est Mike Pence, l’accusant avec raison de discrimination contre les homosexuels. Le candidat à la présidentielle l’est. Il a épousé son compagnon et ne cache pas sa profonde foi. Pour lui ses rapports intimes ne peuvent pas être qualifiés de péché, comme le font les fondamentalistes lorsqu’ils parlent des rapports entre hommes et hommes ou femmes et femmes. Ces derniers vivent encore dans un temps, où on croyait pouvoir extirper à coup de fouet de telles tendances. Ceci au 21ème siècle, où il est reconnu, que l’homosexualité est le plus souvent innée. Mike Pence vit sur une autre planète semble-t-il et a pris Dieu en otage à des fins politiques. L’autre événement frisant l’idiotie, est l’article que Benoît XVI a écrit au sujet de la pédophilie au sein de l’Église, qui serait due au dévergondage de toute la population allemande à partir de Mai 68. D’après ce que j’ai compris, l’ex-pape partait du principe que dans les années 50 nous avions affaire à une société prude, bien-pensante, éloignée de toutes tentations. Il a fallu que des êtres dévoyés comme Beate Uhse – la reine du porno allemand – ou Oswalt Kolle – un journaliste ayant fait des films pour déniaiser la jeunesse de son pays -, aient commis le sacrilège de parler de fesses, pour que des millions de personnes se mettent à pécher. Et l’Église? Elle n’a évidement pas de couilles ou de nichons, la pauvre. Elle est la victime d’un mouvement orchestré par Satan, qui n’avait qu’un but, jeter le discrédit sur des millions d’agneaux qui n’avaient pas d’envies érotiques.

Que ce soient Pence ou Benoît XVI, ce sont des êtres qui vivent hors de leur temps et qui par des propos peu qualifiés font à leur manière du prosélytisme. Des pharisiens jouant aux moralistes… Je trouve trouve cette manière de faire contraire au message du Christ, qui ne condamne pas ceux qui sont différents. Ce qui se passe-là est ou de la diffamation ou de la médisance. Dans le cas de l’ex-pape du mensonge dans le but de réhabiliter l’Église. Lorsque qu’on sait que dans l’entourage de Georg Ratzinger, son frère, la maltraitance des enfants, parfois leur viol, était de mise, Benoît XVI ferait mieux de se taire. Au sein du chœur de garçons qu’il dirigeait à Ratisbonne, des centaines de gosses ont subi un calvaire. Je ne pense pas que les prélats qui ont été à l’origine de ces supplices aient été des adeptes des pornos de Beate Uhse. „Je n’ai pas de problème avec la religion, je suis aussi religieux. J’ai un problème avec le fait que la religion soit utilisée comme justification pour nuire à des gens“, a dit M. Buttigieg sur NBC. Cet homme de 37 ans a ajouté : „Ça ne m’intéresse pas de me quereller avec le vice-président. Mais s’il voulait tirer tout ça au clair, il viendrait aujourd’hui et dirait qu’il a changé d’avis, que ça ne devrait pas être légal de discriminer des gens dans ce pays sur la base de ce qu’ils sont“. Je pense que ce soit de la part de Mike Pence qui jette l’anathème sur des millions d’innocents ou que ce soient les insanités de Benoît XVI, qu’ils feraient mieux se référer à l’Évangile et de la boucler !

pm

https://www.nouvelobs.com/societe/20190413.AFP4604/foi-homosexualite-querelle-entre-le-vice-president-americain-et-un-candidat-democrate.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.