Essayez de vous imaginer que vous soyez annotés du matin au soir. C’est ce qui devrait se passer à partir de 2020 en Chine. Au départ vous avez un capital de 1000 points. Si vous vous comportez comme le régime l’exige, vous amassez des points, l’occasion de jouir d’avantages. Mais il peut aussi se passer le contraire, alors vous serez punis. Cela va d’une restriction de prendre des moyens de transports publics comme un train, à l’interdiction de faire étudier les enfants. Des « contrôleurs » seront chargés de vous évaluer et ceci d’une manière constante, que cela soit au travail ou dans votre vie privée. Dans ce cas bien précis il ne sera pas question de faire halte devant l’alcôve conjugale. Et dire que des milliards de personnes seront soumis à un tel régime, de quoi attraper de la chaire de poule. Je ne sais pas jusqu’où iront les hommes afin de se mettre sous contraintes, de souiller le reste de liberté qui leur reste. Cette mise-au-pas rendra la vie des gens insupportable. Vouloir tout mettre sous norme, n’est pas seulement absurde, c’est la mort de l’existence et tout ceci à des fins pécuniaires, malgré les dires des dirigeants. Il y aura certes une flopée d’élèves-modèles qui n’auront qu’une idée en tête, celle de faire de l’excès de zèle. Ce système à points est en ce moment testé en particulier à Suining, une ville, où il y a eu de grandes réticences au sein de la population, à Rongscheng et au sein du géant de la vente à domicile, Alibaba. « L’idée est de collecter des centaines de données sur les individus et les entreprises, depuis leur capacité à tenir leurs engagements commerciaux jusqu’à leur comportement sur les réseaux sociaux, en passant par le respect du code de la route », résumait en octobre la sinologue Séverine Arsène dans une tribune du Monde.

Ce projet ne suscite pas, comme nous l’avons vu à Suining, que de l’enthousiasme, mais je crains fort qu’une grande majorité de Chinois se soumettra à un tel jeu macabre. Il est la démonstration désastreuse de ce qu’un régime totalitaire est en mesure de faire. Au lieu de donner de l’oxygène à la population, il engendre la délation, le harcèlement mental, qui rend malade. Au lieu de donner un coup de fouet à l’imagination ou à la productivité, ce qui se passera ici est un frein, malgré les dires de leurs initiateurs. Je ne sais pas si dans de telles conditions la coopération avec l’Empire du milieu, pourra être maintenue et ceci au nom des droits de l’homme ? Mais je parie que nous détournerons une fois de plus les yeux. Ce projet suscite chez moi un sentiment de malaise, qui confirme mes doutes quant à notre avenir. Si nous nous prêtions à de telles pratiques, ce qui se dessine actuellement d’une autre manière, il n’y aura plus de résistance contre le néofascisme. Ce que Pékin projette est l’asservissement complet de tous les êtres humains. Chacun pourrait devenir un mouchard, dans l’espoir de marquer des points. Une pratique mise-en-place par le Stasi en ex-RDA. La peur de se faire remarquer défavorablement, à amener bien des citoyens à collaborer avec ce service répressif. La dénonciation de ses proches, même de son épouse, était affaire courante. Une manière nauséabonde de mettre au pas tout un peuple apeuré. La Chine semble en prendre de la graine !

pm

https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/12/28/en-chine-un-systeme-de-notation-des-citoyens-encore-flou-mais-aux-ebauches-effrayantes_5403357_4408996.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.