30 % des ruches d’abeilles sont mortes l’hiver dernier en France. Je suis allé à la poste et j’ai envoyé une lettre de remerciement à la maison Monsanto, qui refuse de reconnaître que le Glyphosate, un herbicide plus qu’efficace, soit aussi la cause de cette hécatombe. Pour moi c’est une agression contre la vie, contre notre avenir. Qu’en sera-t-il s’il n’y avait plus d’abeilles pour butiner les fleurs  et en féconder d’autres? Aussi celles des arbres fruitiers ? Le cycle de reproduction pourrait être gravement entravé, ce qui aurait pour conséquence à longue échéance, d’une disette qui nous toucherait tous. Puis il y a l’urbanisation excessive qui ravit aux abeilles leurs territoires. D’où la nécessité pour les urbanistes, de créer des espaces verts dans les villes, comme c’est le cas à Paris avec l’aménagement de l’ancienne ceinture en jardins, que les habitants limitrophes cultivent. Il serait aussi temps de mettre un terme à l’agriculture intensive qui a éliminé les haies. Aussi les oiseaux sont les victimes de cette industrialisation. Sans insectes, comment pourraient-il se nourrir. Partout en Europe ont déplore de plus en plus leur absence. Là aussi il faudrait tirer la sonnette d’alarme. Je trouve inquiétant que l’homme, à l’instar d’un Donald Trump, soit instinctivement un prédateur qui détruit tout sur son passage. Il serait temps de ne plus scier la branche sur laquelle toute l’humanité est assise pour ne pas sombrer dans le vide. Il est certain que si les abeilles continuent à disparaître, il sera difficile de trouver du miel. Pour ma part, malgré mon diabète, je ne veux pas m’en passer. Il est source de vie, d’énergie et en plus il est bon. Prenez en une cuillère lorsque vous avez des maux de gorge, une thérapie naturelle, qui souvent est plus efficace que toute la chimie que nous avalons.

Il est évident que la législation concernant l’utilisation des herbicides, des pesticides et des engrais artificiels devra être bien plus sévère que celle que nous connaissons aujourd’hui. Elle amène en fin de compte une surproduction, qui a ses effets pervers pour la santé, mais qui représente aussi pour les agriculteurs un problème de taille, celui des prix-dumpings que la grande distribution exige d’eux. Je serais partisan pour que la culture bio devienne un jour obligatoire. Produire moins est une garantie de santé. Mais comme je l’ai déjà écrit souvent, les prix augmenteront fatalement. Il sera alors impératif de moins gaspiller, de ne pas remplir son caddie au supermarché avec des denrées, qui pour un grand nombre d’entre elles atterriront à la poubelle. Cela demande un changement de mentalité. Ce qui serait bon pour les abeilles, serait bénéfique pour l’être humain. Une fois de plus il serait indispensable de tirer la sonnette d’alarme. Je saluerais si au sein des cités il y ait plus de ruches. L’apiculture représente la vie ! Je pense en particulier aux toits des immeuble, qu’il serait possible d’aménager en jardin. Ce serait un attrait pour les habitants des villes et leur permettraient de retrouver le milieu naturel, dont l’homme a le plus grand besoin. Afin de sauver les abeilles, notre source de vie, il faut que nous ralentissions nos activités, que nous prenions le temps de jouir de la beauté d’une fleur par exemple ! Jean-Jacques Rousseau ne pourrait qu’approuver de telles revendications !

pm

https://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2018/10/25/abeilles-30-des-ruches-sont-mortes-au-cours-de-l-hiver-ecoule_5374657_1652692.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.