Le G7 aura démontré à Madame May, que de clamer haut et fort, qu’on quittera l’UE, est une choses, de réaliser ce départ une autre. Le Royaume-Uni se trouve dans une situation plus que délicate, car il pourra guère compter sur l’aide des USA, comme il était prévu. Les parlementaires tories deviennent de plus en plus nerveux et veulent que le parlement aie le dernier mot. Les députés, quant à eux, sont de plus en plus favorables à un Brexit sans histoires, à un accord moins dur avec Bruxelles. Mêmes les faucons auront de ce fait du mal à s’imposer. J’ai l’impression que la réalité rattrape l’opinion publique et que cette dernière doit reconnaître qu’il aurait été préférable, de voter contre le Brexit. Mais si on prend la volonté populaire au sérieux, il est pour ainsi dire impossible de faire reculer le temps. Peut-être bien qu’il aurait une majorité pour l’UE. Et c’est-là que je veux exprimer mes doutes. Les mois qui se sont déroulés jusqu’à présent ont démontré que le Brexit était un mauvais projet,. Les Britanniques ont voté oui par xénophobie. Ils croyaient pouvoir ainsi enrayer la venue d’une nouvelle vague de réfugiés, mais étaient complètement aveugles en ce qui concerne les retombées négatives sur le pays. Et maintenant il sont confrontés à une situation inextricable et aimeraient faire marche-arrière. Je pense qu’il serait légitime de leur donner la possibilité de se rendre à nouveau aux urnes. Lorsqu’il en va de l’avenir de la nation, on ne devrait pas agir autrement. D’autant plus que lors du référendum, les politiciens se sont gardés de faire une projection aussi désastreuse de ce qui pourrait se passer. Ils ont induit le peuple en erreur en faisant du populisme.

Après le démantèlement de l’industrie, où il aurait fallu investir des sommes colossales pour la moderniser, l’économie de ce pays ne semble plus que reposer sur les transactions financières comme c’est le cas à la City. Le Brexit a démontré que c’était de la folie. De plus en plus de société d’investissements et de banques se retirent de Londres. Je n’arrive pas à comprendre qu’un pays ancré dans ses traditions ait pu à ce point accepter une telle marche-à-suivre. Les grandes marques, comme Rolls Royce n’existent plus dans leur forme primaire. Dans ce cas-là BMW a repris les rennes. Des régions entières que je connaissais d’antan avec ses fabriques et ses manufactures, comme dans les Midlands, où on sentait la volonté de travailler dur, malgré la vétusté des installations. Maintenant on est en pleine friche industrielle. Tout cela est le résultat d’une politique économique désastreuse. Seule avec l’aide de l’UE il aurait été possible de faire des corrections et de bâtir une nouvelle infrastructure. Tout était axé sur de l’argent facile, comme au casino. Tout cela explique les raisons de l’impasse, où se trouve le gouvernement anglais en ce moment et la volonté de l’Union de ne pas faire de cadeaux. Il serait le moment d’expliquer clairement au peuple quel sera le prix du Brexit. Pour qu’il réussisse il faudra reconstruire tout de fonds en comble. Cela risque de déclencher une crise sociale sans précédents. Biens des familles seront précipitées dans le besoin. Comment pourra-t-il autrement ?

pm

https://www.lemonde.fr/europe/article/2018/06/13/brexit-les-deputes-pro-europeens-font-ceder-theresa-may_5313842_3214.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.