Richard Grenell, le nouvel ambassadeur des USA à Berlin se conduit comme un haut fonctionnaire colonial. Il s’ingère dans la vie des partis en Europe. En voulant soutenir, comme il l’a dit dans une interview accordée au site de l’agence d’extrême-droite « Breitbard », qu’il ferait tout pour soutenir des mouvements de droite sur notre continent, il blesse les conventions internationales concernant les ambassadeurs. Il est un ami de Donald Trump et doit avoir sa bénédiction en se conduisant de la sorte. Un jour après sa nomination, il a menacé les industriels allemands, que s’ils ne rompaient pas leurs relations commerciales avec l’Iran, ils subiraient de graves contrecoups. Ce n’est pas le rôle d’un ambassadeur de faire de telles déclarations et menaces. De tels propos choquent le gouvernement allemand ainsi que les partis d’opposition. Il y a des voix qui s’élèvent pour que Richard Grenell soit renvoyé du poste qu’il occupe maintenant. Oui, je prends note de son rôle et ne le considère pas comme une maladresse de sa part, mais comme une pièce maîtresse de la stratégie que le Président veut exercer sur l’Europe, celui de l’asservissement de nos nations. De parler dans ces conditions d’une alliance, ne peut plus être le cas. Je ne sais pas s’il ne remet pas en question la philosophie de l’OTAN, qui consiste à donner à chacun de ses membres, une part d’égalité et d’autonomie ? Il a du mal à accepter que nous nous conduisions comme des gamins sûrs de nous et que nous lui répliquions.

Essayez de vous imaginer que l’ambassadeur des États-Unis en France donne une interview au journal « Le Rivarol » en préconisant dans des sous-entendus, que le Rassemblement National de Marine Le Pen, prenne son courage à deux mains et essaie d’écarter Emmanuel Macron du pouvoir. Ce serait considéré comme un affront et d’une ingérence dans les affaires intérieures d’un pays. Pour moi il ne fait aucun doute que la cible à abattre est Angela Merkel. Richard Grenell n’est pas aveugle. Il sait parfaitement, qu’avec ses cent députés, l’AfD est un parti qu’il faut prendre en considération, qu’il faut soutenir le cas échéant. Cela peut faire penser que Washington a l’intention de déstabiliser la République fédérale. C’est la raison pour laquelle j’aurais attendu une réplique plus cinglante de la part de la Chancelière. Je peux bien comprendre qu’elle ne veuille pas lui accorder trop d’importance. S’il en était de moi, je redescendrais d’un cran, mes « actes de fidélité » envers le gouvernement américain. Il aurait été bon que Richard Grenell ait été cité à la Chancellerie afin de recevoir personnellement les reproches de la part d’Angela Merkel. Mais cela ne se fera pas, ceci à mon regret. Il aurait aussi été possible de faire revenir l’ambassadeur d’Allemagne à Washington, à Berlin pour consultations. La procédure habituelle lorsqu’il y a litiges. J’attache beaucoup d’attention à ce comportement et je peux bien m’imaginer, que c’est une provocation opérée sur ordre du grand Mufti. Cela revient à dire à quel point les relations germano-américaines se sont détériorées depuis l’avènement de Domald Trump au pouvoir. Il est en train de bousculer les relations diplomatiques à un tel point, que seule la méfiance sera à l’ordre du jour.

pm

https://www.lemonde.fr/international/article/2018/06/05/accuse-d-ingerence-l-ambassadeur-americain-cree-un-tolle-en-allemagne_5310164_3210.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.