À midi on croyait avoir trouvé un accord entre la Grande Bretagne et l’UE. C’était ce qui avait été dit. Un peu plus tard, après une conversation téléphonique avec Arlene Forster, la chef de file du parti DUP, dont Theresa May dépend à Westminster, cette dernière revint auprès de Jean-Claude Junker pour lui dire que rien n’était fait au sujet de l’Irlande et qu’il fallait continuer à négocier. Il s’agit de sauvegarder la libre circulation entre Dublin et Belfast, ce qui a été jusqu’à présent un gage de paix. Il serait fatal de remettre tout en question pour la raison que les Tories n’ont plus la majorité au parlement. Ce serait un manque complet de conscience historique que je ne peux pas accepter. Il serait bon que Theresa May démissionne au plus vite. Son attitude est inadmissible. Comment mettre en danger un accord qui a permis de terminer enfin une guerre impitoyable, qui a fait beaucoup de victimes ? Le Brexit s’avère d’être de plus en plus un désastre. Si le gouvernement anglais se soumet à la volonté du DUP, on court à une rupture des négociations qui ont lieu actuellement. Il n’y a aucune raison que l’UE cède. Rien ne se fera sans l’accord de Dublin. Je souhaite qu’on se tienne à cette déclaration. Et pourquoi vouloir négocier la suite dans de telles conditions ? Avec les Anglais on a toujours l’impression que ce soit nous les fautifs. Cette arrogance est pénible à supporter. Même si l’économie souhaite un divorce soft, il y a des limites qu’il n’est pas possible de dépasser.

Je crois que nous sommes arrivés à un point de non-retour, car Madame May préfère sauver sa peau. Et comment imaginer la suite si jusqu’à dimanche prochain aucun accord est trouvé ? Je trouverais légitime que les Anglais s’en remettent à nouveau au peuple et fassent réélire un nouveau parlement. Lorsqu’on s’enlise, comme c’est le cas actuellement, il faut s’en référer à la nation toute entière en espérant qu’elle ait plus de raison. Je suis certain que pour la plupart des gens une nouvelle crise irlandaise est à éviter à tout prix, même en faisant des concessions qui peuvent faire mal. L’Écosse et le grand Londres ont annoncé leurs vœux de pouvoir jouir, comme l’Irlande du Nord de privilèges spéciaux aussi en ce qui concerne l’Europe. Ils aimeraient négocier d’autres conditions avec Bruxelles. Il est un fait que ses entités ne veulent pas suivre aveuglement les décisions qu’un gouvernement bancal prendrait. Si j’étais un citoyen je serais outré de voir à quel point les dirigeants sont immatures, tout à fait incapable de gérer une telle situation, dont ils ont été les artisans. J’essaierais d’organiser une grève générale afin que chaque citoyen soit à nouveau entendu, afin d’éviter qu’un parti chauvin comme le DUP fasse la pluie et le beau temps. Il revendique un rattachement complet de l’Irlande du Nord à l’Angleterre. Ce serait une déclaration de guerre à l’Irlande et du même coup à l’UE. Il est évidemment clair que Bruxelles apportera son aide à un pays-membre qui est menacé par les armes. Nous avons à faire des apprentis-sorciers qui ont perdu tout bon sens. J’écris tout cela pour nous mettre en garde de ce que pourra résulter du Bfrexit, que de la chienlit ! Il faudra taper du poing sur la table et ne pas tout gober ce qu’on nous ert !

pm

http://www.lemonde.fr/referendum-sur-le-brexit/article/2017/12/04/rencontre-constructive-mais-infructueuse-sur-le-brexit-entre-jean-claude-juncker-et-theresa-may_5224491_4872498.html

Pierre Mathias

Schreib einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *