Le cap 2022, c’est l’année, où la fusion de France Télévisions et la suppression de France Ô 2, la chaîne des outre-mers, devront être réalisées. Soit-disant pour faire des économies. Je regrette que la discussion tourne presque exclusivement autour de cette question, qui ne correspond pas à la réalité. J’ai vécu de tels regroupements, qui avaient leur raison d’être, car les médias ont complètement changé, depuis qu’il y a l’internet. Pour clarifier ce que veux vous expliquer, voici un exemple concret de restructuration. Je veux parler de la Radio-télévision Bavaroise, une chaîne de l’ARD, où j’ai travaillé des décennies. Nous avions d’une part la radio, de l’autre la télévision. Toutes les rédactions étaient strictement séparées, il n’y avant aucun lien entre elles. Souvent les mêmes sujets étaient débattus, sans qu’il n’y ait de synergie. Il en était de même pour les moyens de production ou les frais liés à la réalisation comme les voyages et les coûts des séjours. C’était évidemment assez peu compréhensible du point de vue budgétaires de faire bande à part. Mais la fusion qui est entrain d’être réalisée en Bavière a d’autres raisons, la principale est le comportement médiatique du public. La présidence du BR (Bayerischer Rundfunk) a décidé de rassembler les secteurs radio, télévision et internet dans des rédactions multi-cartes. C’est à dire que chaque sujet choisi sera réalisé pour ces trois manières de diffusions.

Les personnes travaillant dans ces unités doivent être à même d’être bien plus mobiles que c’est le cas aujourd’hui. La radio par exemple, livre par exemple des concerts, qui peuvent être filmés. L’auditeur aura de plus en plus la possibilité de voir un sujet radio visuellement sur internet s’il le désire. C’est le cas pour l’orchestre de la radio bavaroise, qui est mondialement connu, lorsqu’il est en tournée à l’étranger. Bien sûr il y aura des incidences sur le personnel, mais au bout du compte les licenciements seront moins terribles, car pour réaliser bien plus de programme, il faut du monde. Je pense aussi aux chaînes numériques qui font partie de cet ensemble. Je suis d’avis que le sens de la réforme ne réside que dans la diversité. C’est ce qu’il faut absolument dire à tous ceux ,qui de loin ou de près, sont concernés par ces réformes. Mais aussi le grand public a le droit d’en savoir plus. Beaucoup de sociétaires d’Eurovision ont déjà fait ce pas. Mais une chose doit être claire, ce système demande bien plus de coopération entre les collègues et évidemment un savoir-faire plus étendu. J’ai assisté aux balbutiements de cette manière de concevoir les médias, au sein de l’UER (Eurovision) à Genève, où j’étais membre d’un groupe de travail. Qu’il soit dit, je considère cette réforme comme logique et comme très utile pour proposer un lot d’émissions de qualité à la radio, à la télévision et sur internet, bien sûr adapté à la syntaxe aux différents modes de diffusion. Ce serait une erreur si « les réformateurs » ne partent que sur des considérations de trésorerie. C’est la philosophie dans son ensemble qui est remise en question. Si on veut être à l’écoute du temps présent, il n’y a pas d’autres alternatives. Il faut saisir cette chance !

pm

http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2017/11/13/rassembler-france-televisions-et-radio-france-supprimer-france-o-les-pistes-choc-du-ministere-de-la-culture_5214257_3236.html

Pierre Mathias

Schreib einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *