Qu’un homme de gauche comme moi ne pavoise pas en observant ce qui se passe chez Les Républicains peut étonner plus d’un. Non je trouve négatif que les structures de la droite et de la gauche démocratique soient à ce point laminées, ce qui me fait craindre le pire. C’est de l’eau amenée sur les moulins de l’extrême-droite. Je ne me souviens pas d’une telle situation depuis la présidentielle ratée de Gaston Defferre en 1969, où il ne réussit qu’à rassembler 5% sur son nom. C’était le plus mauvais score du parti socialiste. Une chose est certaine, la polarisation des extrêmes n’est pas un bienfait pour la démocratie. Et c’est justement à une époque où il y a de grands problèmes à régler que les gens devraient se rapprocher. Le système majoritaire à la française est une entrave au compromis, qui est plus urgent que jamais. Le Général de Gaulle en créant la 5ême République voulut ainsi apporter une stabilité en permettant à une majorité claire de gouverner le pays. C’était efficace mais peu démocratique, car une forte minorité de la population n’est pas représentée au parlement. C’est sûrement une des causes de la grogne que nous vivons actuellement. Cela rend agressif, que nous le voulions ou non. Un phénomène inquiétant lorsque les partis traditionnels s’essoufflent. Ce qui me paraît plus clair que jamais est le fait, qu’il faut revoir toute la politique française de fond en comble. La première question qui doit être posée est de savoir dans quelle sorte de société nous voulons vivre, quels seraient les idéaux que nous voulons promouvoir ? C’est une question d’identité.

Pour définir cela il faut du temps. À force de vouloir rafistoler la coque du navire, nous avons oublié quelle était la raison pour nous de naviguer. Une question essentielle pour tous ceux qui ont le devoir de bâtir un avenir. La solution la plus simple, mais guère crédible, serait de ramer en arrière comme le propose le FN. Ce serait ignorer que la vie ne peut qu’être évolutive et n’est pas axée sur le passé. Avec de la nostalgie on ne peut que chavirer sur des eaux agitées, où les requins n’attendent qu’une chose, celle de faire un festin. Il faut malheureusement se rendre à l’évidence que la France à elle seule ne pourra pas sortir gagnante. Il nous reste alors pas d’autres solutions que de montrer beaucoup de courage et d’aller de l’avant, avec, il faut l’avouer, une position de départ qui n’est pas très forte. Mais c’est justement là que le génie français peut faire des miracles et redonner un coup de fouet à toute la nation. C’est ce qui a caractérisé Bonaparte – je ne parle pas de Napoléon qui a perdu malheureusement le sens de la mesure. Oui, il faut oser, mais pour ce faire il faut avoir l’énergie et un moral d’acier. Ce n’est pas en étant déprimé qu’il sera possible de donner à l’Europe toute entière une once de renouveau. La France en est capable dès l’instant où elle aura plus de joie de vivre. Ce qui se passe actuellement ressemble à un enterrement morbide. Oui, j’en ai marre des affaires. Il serait temps de parler d’un projet politique, non de Pénélope ou du groupe parlementaire du FN à Bruxelles et Strasbourg. Nous avons plus urgent à faire que de vivre des fait divers. Allons enfants de la patrie, le jour de gloire est arrivé !

pm

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/03/06/renverser-fillon-pourrait-radicaliser-un-peu-plus-son-electorat_5090051_4854003.html

Pierre Mathias

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.