Ne pas confondre l’Islam avec l’Islamisme ! Il faut éviter de faire l’amalgame, mais c’est ce qui se passera si rien d’autre que la répression est appliquée. Il faut absolument essayer tout d’abord de comprendre ce qui se passe actuellement. Il y a d’une part la théorie de Gilles Kepel qui voit dans la religion le principal vecteur de la violence que nous connaissons actuellement ; de l’autre les vues d’Olivier Roy qui pense que l’EI a pris l’islam en otage pour essayer de justifier ses meurtres. Il serait dans un tel contexte d’une importance primordiale que les imams condamnent théologiquement le terrorisme. Rien ne pourra se faire sans une nouvelle prise de conscience du Coran. Cela demandera en quelque sorte la tenue de réunions qui auraient le rôle de réformer la religion. En quelque sorte un concile. Mais comme il n’y a pas de cohérence au sein de l’islam, il sera difficile de trouver un accord. En dehors des sunnites et des chiites, il y un grand nombre d’interprétations différentes des dires du prophète. Logiquement il n’y a pas de hiérarchie. Personne est en mesure de parler pour l’islam en général. Mais ce serait un progrès considérable qu’on s’entende tout au point sur les points fondamentaux de la morale musulmane. En particulier de l’interprétation de ce que devrait être la lutte contre les incroyants. L’observateur que je suis remarque que dans ce point très précis les avis divergent complètement. Il ne faut pas oublier que les prophètes de l’ancien testament figurent dans les écritures saintes ainsi que la personne de Jésus. Dans le Coran un lien est fait entre les juifs, les chrétiens et l’islam. C’est ce qui devrait être pris en considération. Je pense que les fondamentalistes font tout pour ne pas le reconnaître. C’est là qu’il y a un fossé entre la parole divine et la vague de violence. Il faudrait que tous ceux qui condamnent la violence se fassent enfin entendre, non seulement lorsqu’il faut déplorer le terrorisme.

Il est indispensable de revenir aux racines du mal. Dans le contexte actuel, qui est infesté par le fanatisme aveugle, une telle démarche est indispensable. Mais aussi de notre côté il faut que nous fassions des pas en avant et de tendre la main, à tous ceux qui interprètent les religions avant tout dans un contexte humaniste. Cela revient à dire que le dialogue doit s’accentuer. L’attentat de Saint-Étienne-du- Rouvray marque un tournant essentiel, car il s’attaque à des principes qui jusqu’alors étaient encore tabous. En fait c’est une déclaration de guerre contre le catholicisme dans ce cas bien précis. Il est difficile de ne pas se sentir provoqué. Si on ne se reprend pas immédiatement, la haine entre les grands mouvements de croyance creusera de nouveaux fossés. Il ne faut pas oublier le mal que la guerre de Trente ans a provoqué. Une partie de l’Europe était à feu et sang, et ceci au nom de Dieu. Une raison essentielle de ne pas se laisser provoquer. Comme je l’ai écrit hier, l’EI veut en arriver là. La politique ferait bien de s’imbriquer plus dans ce débat spirituel. Il est indispensable d’intégrer la théologie dans de telles négociations. Il serait très positif que la France et d’autres États européens réunissent les religions monothéistes dans une conférence. Sans une telle initiative, rien ne se fera.

pm

http://www.liberation.fr/debats/2016/07/25/l-islam-de-france-doit-s-engager-sur-un-pacte-republicain_1468390

Pierre Mathias

Schreib einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *