L’attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray, où un commando de deux terroristes de l’EI, a égorgé un prêtre de 86 ans marque une nouvelle étape dans le soi-disant combat que mène les islamistes. Ils s’en prennent à des chrétiens et n’hésitent pas à tuer. Que les deux assaillants aient été abattus par la police, ne rend aucunement caduque ce qui s’est passé dans cette commune aux portes de Rouen. C’est une déclaration de guerre au catholicisme, aux autres religions monothéistes. L’EI ne recule devant rien. Ses attaques, d’une lâcheté inouïes, peuvent atteindre tout le monde, partout, à toutes heures. Le but est de déstabiliser notre société, mais les premières failles apparaissent à la surface. Une demi-heure après cet événement, Nicolas Sarkozy n’hésite pas à mettre le gouvernement au pilori, l’accusant de laxisme. Je trouve qu’il aurait pu avoir un peu plus de respect envers les victimes. Bien sûr il faut faire une analyse sur ce qui ne s’est pas déroulé comme on le souhaiterait, mais de diviser le peuple dans de telles conditions est tout simplement faire le jeu de l’EI. L’ancien président devrait le savoir, mais peu importe, ce qui compte c’est qu’il gagne personnellement des points, en faisant de la surenchère. Même ses partisans devraient le lui faire remarquer. Ce que je réclame, c’est un peu plus de décence. Je trouve fatal que l’unité nationale soit remise en question de cette façon. Même si nous sommes à moins d’une année des présidentielles, il faudrait se retenir verbalement. Tout ce qui peut nuire à la cohésion de la France, doit être évité. Revenons au meurtre de hier. Si l’EI déclare la guerre aux religions autres que l’Islam, il est à craindre que les réactions puissent être de plus en plus violentes. Peut-être que cette organisation souhaite que des mosquées soient atteintes de la même manière, ceci dans le but de provoquer la haine. Je pense que ce but pourra être malheureusement atteint.

L’histoire nous a démonté où cela pouvait mener. N’oublions pas la guerre de 30 ans, où une grande partie du continent a été dévasté, où les habitants ont été soumis à des actes inadmissibles et ceci au nom des religions. Lorsque les hommes se battent pour leur croyance, il n’y a plus de limites. Le combat se déroule d’une manière émotive, fait appel à des sentiments intimes, qui ne peuvent qu’attiser la haine. À quand la ratonnade ? Il n’y a pas de raisons que cela s’arrête. La seule manière de combattre ce terrible fléau est d’appeler à la pondération. N’est-ce pas un vœux-pieu, mais que reste-il d’autre à faire ? Il est impossible de garder toutes les églises, de prévenir tout terrorisme les concernant. Accuser la police de tous les maux est une chose, de l’aider à être plus efficace, une autre. Il et clair, soyons justes, qu’il y a eu des bévues. Un des assaillants portait un bracelet électronique et aurait dû être repéré immédiatement, mais il était débranché. Des négligences comme celles de Nice, dues à mon avis à une saturation des forces de l’ordre qui sont arrivées au seuil de leurs moyens. Vivre dans un état d’exception depuis des mois, ne contribue certainement pas à l’efficacité. Le nombre de policiers sera toujours limité dans de telles conditions. L’EI le sait et en profite. Une insécurité quotidienne !

pm

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/07/27/sous-le-choc-saint-etienne-du-rouvray-redoute-de-perdre-un-certain-vivre-ensemble_4975090_1653578.html

Pierre Mathias

Schreib einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *