Le conseil municipal de Chalon-sur-Saône a décidé à une grande majorité d’interdire les menus sans porc dans les cantines scolaires. Jusqu’à présent en tenait compte des lois religieuses qui empêchent les croyants de consommer cette viande. Les juifs et les musulmans sont concernés. Les conseillers municipaux arguent qu’une école laïque n’a pas à tenir compte des dogmes prescrits par les cultes. Une manière perfide de marquer sa haine raciale. Une telle décision démontre à quel point on est prêt à pratiquer l’exclusion. Bien que je sois un adhérent de la séparation entre la religion et l’État, je suis scandalisé par une telle attitude. Elle est discriminatoire et a pour but de provoquer. En clair cela veut dire : « Si cela vous plaît pas, vous n’avez qu’à prendre le large ! » Et n’oublions pas que c’est avant tout les enfants qui sont concernés. Si je pouvais donner un conseil à ces édiles pervertis, je leur dirais d’interdire aux basanés de s’asseoir sur les bancs des parcs publics. Ils seraient ainsi dans la droite ligne de l’idéologie nazie. Ce serait une première mesure avant de barrer l’accès des écoles aux musulmans. Le prochain pas consisterait à les bannir de la vie publique. Et pour couronner le tout, de créer un peu partout des camps d’extermination. Chalon-sur-Saône a perdu à mes yeux toute dignité. Ce qui s’est passé hier soir est une honte. On pourrait préconiser dans de telles condition le boycotte de cette ville. Le vin provenant de la région serait le premier concerné. Mais je ne suivrais pas cette voie, car cela entraînerait un raz-de-marée. L’intolérance souillerait de plus en plus notre pays. Les fossés deviendraient de plus en plus profonds.

Je suis certain que beaucoup de citoyens n’approuvent pas une telle décision. Faudrait-il les punir pour autant ? Ce qui se passe dans cette ville est le miroir d’une ambiance, qui tel un virus virulent, est en train de gagner la France et l’infeste. Ce qui se passe ici sont les signes avant-coureurs d’une guerre civile. Le pays menace de se scinder en deux, ce qui est d’autant plus inquiétant à une époque où la précarité sévit de plus en plus. Marquer sa frustration en crachant sur les plus faibles est nauséabond. Les politiciens locaux de Chalon devraient en prendre de la graine. Ne remarquent-ils pas qu’ils se désavouent eux-mêmes. Les défenseurs de la civilisation chrétienne devraient lire l’évangile. Ils remarqueraient rapidement que leur comportement ne correspond en aucune manière avec le message que nous a transmis le Christ. Ce qui se passe ici est en pleine contradiction avec l’amour du prochain. L’attitude de cette petite ville n’est guère différente des contraintes imposées par l’EI. Les élus me diront qu’ils n’ont pas l’intention de tuer. Je leur répondrais que malgré leurs propos, ils ont franchi un premier pas. Comme les chemises brunes en Allemagne, qui au début ne torturaient pas encore les Juifs. Nous savons où cela nous a mené : à Auschwitz. Tout a commencé par des jets de pierres dans les vitrines des magasins « non aryens », puis a continué par les incendies des synagogues. Il n’y avait plus qu’un pas à faire pour justifier le génocide. Les citoyens de Chalon-sur Saône devraient réfléchir aux conséquences d’une telle décision. J’attends du Président qu’il prenne position !

pm

http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/09/30/plus-de-menu-sans-porc-dans-les-cantines-de-chalon-sur-saone_4777436_3224.html

Pierre Mathias

Schreib einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *