Un homme a été libéré après 39 ans de prison aux USA. Il est innocent ! Un enfant de 12 ans avait témoigné contre lui en prétendant qu’il avait attaqué, avec deux complices, un blanc. La police l’a manipulé lui faisant dire des choses qui ne correspondaient pas à la réalité. La justice n’est jamais à l’abri de telles erreurs. Mais dans bien des cas elle est très partiale et évite d’aller au fond des choses. Cela vous donne de la chair de poule. Passer toute une vie derrière les barreaux pour des faits qu’on n’a pas commis tient de l’horreur. Cela s’est passé il y a une semaine. Aucun dédommagement pourra remplacer les années perdues, les angoisses endurées. Il était à deux pas de la peine capitale ; heureusement qu’elle a été commuée en une peine de prison à vie. Je ne comprends pas que « le témoin » a attendu jusqu’à plus de 50 ans pour se rétracter ? Est-ce un manque de courage civique ? Ou tout simplement qu’il a pris ses chimères pour la réalité ? Cet événement devrait servir de leçon à tous ceux qui travaillent pour la police ou pour la justice. Il faut toujours prendre en compte que l’erreur est humaine. La plupart des juges, des procureurs, des enquêteurs font leur travail avec âme et conscience. Je pars du principe qu’ils font tout pour éviter de tels drames qui discréditent tous le système légal. Mais il faut aussi voir un autre fait : les tribunaux sont surchargés ; le temps nécessaire pour mener à bien un cas est très limité. Le manque de personnel se fait évidemment aussi sentir. Pas étonnant que dans de telles conditions, on bâcle les procédures. Les états devraient accorder plus d’argent à la justice. Le cas de Ricky Jackson démontre que nous tous sont à la merci de telles « ratages ». Dans son cas, seules les affirmations de la police ont été prises en considération. Les propos d’un gamin de 12 ans ont été déterminants. Cela revient à dire que chacun d’entre-nous serait en mesure de dénoncer à tort un adversaire ou pour le discréditer ou pour le ruiner. La délation est quotidienne. Elle est l’arme la plus perfide qui soit, car il est très difficile de se protéger contre elle. Tout peut être dit. Si la personne concernée n’a pas d’alibi, de témoins à décharge, cela peut rapidement tourner à l’aigre. Il serait bon que les écoles se battent contre le fléau de la dénonciation. On en est loin !

pm

http://www.liberation.fr/monde/2014/11/21/condamne-a-mort-a-cause-du-mensonge-d-un-enfant-il-est-libere-39-ans-apres_1148255

Pierre Mathias

Schreib einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *