Lorsque les journalistes parlent de l’État Islamique, ils font en quelque sorte de la pub pour le terrorisme. Ils ont beau le fustiger sous toutes ses formes, mais rien y fait : il est plus présent que jamais. Une chose est claire, les djihadistes sont passés maîtres de la communication. Leur but est de nous faire peur, ce qu’ils ont parfaitement réussi. Ils veulent que dans la rue nous nous retournions constamment. N’y a-t-il pas un terroriste dans la foule ? Ne va-t-il pas jeter une grenade ou se faire sauter ? Leur stratégie meurtrière s’étendra à l’Europe et aux États Unis. Nous devons malheureusement nous attendre à des attentats. Le rôle de la presse est d’en faire part, de nous maintenir éveillé. C’est la raison pour laquelle on ne peut pas parler d’une menace locale. C’est ce qui justifie l’intervention de l’Occident en Irak et en Syrie. D’autant plus que certains fous de Dieu viennent de chez nous. Leur philosophie, s’il y en a une, est le totalitarisme, l’exclusion, le génocide. Une fois de plus la guerre de trente ans nous a rattrapée. Plus question de progrès, de tolérance. De bas instincts reviennent à la surface et empoissonnent le quotidien. Oui, c’est une guerre ! Pas des combats épisodiques. Je pense que ces événements dépassent de loin ce que nous avons vécu depuis 1945. L’idéologie est un fléau qui ne part pas du pragmatisme. Il engendre le fanatisme dans ce qu’il a de plus vil. Il rend mauvais des gens, qui jusqu’alors vivaient en toute légalité. Il rend aveugle. Revenons à la question de quelle manière en parler. Les journalistes doivent relater ce qu’ils observent, condamner une attitude inhumaine. C’est leur rôle. Évidemment ils rendent public les atrocités. En les commentant ils aident en quelque sorte ce régime à se faire connaître, éveillent la peur. C’est le but voulu. Mais comment faire autrement ? Se taire ? Ce n’est pas possible. Je ne vois pas d’autre solution que de parler de l’État Islamique. Il existe malheureusement. En se mettant la tête dans le sable, on résoudra rien !

 pm

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2014/09/26/etat-d-urgence_4494770_3218.html

Pierre Mathias

Schreib einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *