Le low cost n’est pas du goût des pilotes. Ils craignent avec raison que Transavia France leur offre des conditions salariales et de travail en chute libre par rapport aux acquis qu’ils ont aujourd’hui. L’aviation est en proie à des prix dumpings. Le prix des billets est modique par rapport à hier. S’ils acceptent le compromis, il est à craindre que toute la compagnie réajustera les salaires à la baisse. Humainement l’attitude des grévistes est compréhensible ; économiquement c’est un suicide. Dans la conjoncture actuelle, les sociétés comme Easy Jet ou Ryanair sont en pleine expansion. Elles arrivent de plus en plus à grignoter des parts de marché. Même le monde du business est visé, ce qui pour une compagnie comme Air France est une catastrophe. Il suffit de mettre moins de sièges dans un compartiment et offrir des drinks et un lunch pour que l’affaire soit bouclée et ceci à plus bas prix. Je ne sais pas si les pilotes ont compris ce qui se passe actuellement. Ils risquent de tuer la poule aux œufs d’or. Même si leurs hauts revenus sont justifiés, ils se trouvent à la pointe de la pyramide. En agissant de la sorte, ils mettent en danger le personnel au sol et celui des cabines. Des milliers de familles pourraient être concernées. C’est en outre du poison pour l’économie française. S’en rendent-ils compte ? Je les trouve peu solidaire. Malgré tout cela on ne peut pas leur interdire d’agir de la sorte. Faire grève est un droit élémentaire de la démocratie. J’espère qu’ils reviendront sur leur décision de continuer leur mouvement. Le gouvernement quant à lui ne pouvait pas céder. Il soutient à fond la direction, qui a fait de grandes concessions en se retirant du projet Transavia Europe.

pm

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/09/26/air-france-les-pilotes-grevistes-toujours-mobilises_4494744_3234.html

Pierre Mathias

Schreib einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *