Ambiance morose à l’université d’été qui se tient à La Rochelle. Les militants ne savent plus à quel saint se vouer depuis que François Hollande a découvert le libéralisme. Dans son discours il est moins question des travailleurs que des patrons qui doivent être cajolés. Je soutiens sans réserve le pacte de solidarité, car je ne vois pas d’autres solutions pour sortir de la crise. Mais il doit être équitable pour tous. Manuel Valls a omis de parler des salariés dans son discours du Medef. Ce n’est pas à mes yeux une omission mais l’amorce d’une nouvelle politique. Je reconnais au passage Gerhard Schröder. Si c’est ainsi, les plus démunis passeront un mauvais quart d’heure. N’a-il pas compris que le meilleur moyen d’encourager la relance, c’est de resserrer les rangs. Il n’en est pas question ! Tout cela parce qu’un vent de panique souffle sur le Palais de l’Élysée. Pour le parti socialiste, c’est la Bérésina. S’il continue à soutenir la politique gouvernementale, il sombrera comme le Titanic, s’il ne le fait pas, il implosera. Dans un tel contexte il n’y a guère d’espoir. Je ne vois pas comment sortir de l’ornière. D’accord, il est facile de proférer de belles paroles et de donner de savants conseils. Je le ferai tout de même. « Monsieur le Président, ne jouez pas à la girouette, sauvegardez les options avec lesquelles vous avez gagné les élections ! » Cela sonne bien, mais n’est pas réaliste. La crise nous étouffe, étouffe nos principes, nous rend si vulnérable que nous en sommes paralysés. Est-ce le message de La Rochelle ?

 pm

http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/08/29/enervement-lassitude-et-sideration-bienvenue-a-l-universite-d-ete-du-ps_4479205_823448.html

Pierre Mathias

Schreib einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *