Je veux revenir à la tragédie du crash de l’avion de la Germanwings dans les Hautes-Alpes. Maintenant qu’il est établi que la catastrophe n’a pas été due à une défection technique, il est permis de se poser des questions sur les normes de sécurité. Une chose est sûre, lorsque il y a urgence absolue, seul le génie humain peut agir. C’est à la fois rassurant et inquiétant. Mais il a aussi ses limites comme on a pu le constater. L’automatisation se développe de plus, une évolution qui démontre que notre dépendance face à l’informatique prend des proportions restreignant de plus en plus notre liberté d’action. Mais on ne peut pas se fier entièrement à elle. Dans le cas qui nous occupe elle n’a pas été en mesure de constater que le copilote avait enclenché une action suicidaire. La technique restera toujours dépendante de notre volonté, ce qui est souhaitable. Weiterlesen…