François de Rugy a été élu au perchoir de l’Assemblée Nationale. C’est ancien militant écologiste, appartenant à la famille de gauche et aujourd’hui membre de « La République en marche », n’a pas été seulement élu parce qu’il avait une certaine expérience parlementaire, bien plus parce qu’il représente un mouvement de pensée étroitement lié à l’écologie. Logiquement la position de Nicolas Hulot devrait s’en trouver renforcée. Il paraît être évident qu’au sein de la population on ait pris conscience de ce que représente la défense de notre milieu vital. Tout devrait se baser, malgré les voltes-faces plus ou moins ridicules de Donald Trump, sur des mesures propices à la sauvegarde de notre espèce. Que nous le voulions ou non, nous en sommes arrivés là. Mêmes des personnes, ayant peut-être ressenti l’écologie comme étant un frein à l’expansion économique, doivent aujourd’hui faire amende-honorable afin de trouver de nouvelles voies en ce qui concerne notre avenir. Emmanuel Macron ne faisait sûrement pas partie des adeptes d’une philosophie macro-biologique, mais aujourd’hui il a pris conscience que nous tous irions à la catastrophe en gaspillant à un tel point les ressources qui nous sont confiées. En demandant à Nicolas Hulot d’être à ses côtés, il a voulu prouver que dans ce domaine il avait tout à apprendre. Le nouveau président de l’Assemblée Nationale, François de Rugy abondera dans ce sens. Je suis certain que les nouveaux députés du LREM suivent un tel mouvement de pensée. Comme Daniel Cohn-Bendit l’a prouvé depuis des décennies, il s’agira dans bien des cas de faire acte de résistance. Ce qui est demandé est un engagement accru pour la nature. J’ose espérer que nombre d’initiatives viendront du sein du parlement. Le grand défi sera d’être d’un côté respectueux du legs qui nous a été confié ; de l’autre de développer les revenus afin d’assurer un meilleur équilibre social. Il s’agira de motiver l’industrie d’agir dans ce sens. Weiterlesen…