Édouard Philippe déplore qu’il y ait un dérapage de 8 milliards d’euros dus à Hollande en ce début de quinquennat. La cour des comptes a adressé un blâme au dernier gouvernement socialiste et a demandé au premier ministre de rétablir la situation. Le déficit devrait atteindre 3,2% du PIB (produit intérieur brut) soit une augmentation de 0,4 point. La dette entière se situe à 2147 milliards d’euros ce qui paralyse l’essor de la France. Les enfants et les petits-enfants ne doivent pas subir les conséquences d’une telle dérive, c’est l’avis d’Édouard Philippe. Il s’engage à revenir cette année au 3% de dettes en plus, réclamé par l’UE. Il est évident que de tels chiffres rendent la marge de manœuvre des nouveaux dirigeants plus que précaire. Comme nous le savons, les grands projets coûtent beaucoup d’argent, peu importe d’où ils viennent. Faire progresser la société au tarif zéro est du domaine de l’impossible. Si l’éducation nationale, par exemple, est obligée de recruter de nouveaux profs pour améliorer la situations des jeunes dans les banlieues, il ne faut pas être pingre. Ce n’est pas sur le dos des autres fonctionnaires du ministère, qu’on pourra dégager l’argent nécessaire. Ce phénomène se perpétue dans les autres budgets ponctuels. Qui veut innover doit trouver les fonds nécessaires, mais où ? Il est impossible à l’heure actuelle de majorer encore les impôts. Une des raisons du raz-le-bol français provient du fait que les ménages ne sont pour ainsi dire plus en mesure d’assurer leur quotidien. Il faut donc économiser ! Weiterlesen…