Et oui, il fallait y penser. Pour régler le problème des retraites, il faut au plus vite inventer le quatrième âge ! Cela consiste à aller dare-dare se reposer dans la boîte. Boulot-dodo et sans transition le repos éternel. Plus de retraités heureux, comme les porcs paissant sur des prairies au lieu d’engraisser dans des porcheries, avant de passer à l’abattoir ! Pourquoi perdre son temps à se regarder dans le miroir, à repérer toutes les nouvelles rides. « Tu commences à ressembler à un singe ! » Puis le passage obligatoire sur la balance, ce qui est une plaie. Dans ce cas-là de quoi attraper le torticolis, à vouloir jeter un regard sur son zizi rabougri. Ce sacré ventre est un obstacle de taille ! Je pourrais continuer à déblatérer ainsi sur les avantages qu’apportent la retraite. Toute une vie passée à trimer pour se trouver après affublé de tous les bobos et souvent en sus, des problèmes d’argent. J’ai toujours cru que je pourrais faire le grand saut, sans passer par le purgatoire qu’est le 3ème âge. Mais il n’en a pas été ainsi. J’ai été mis en veilleuse, sans que je le veuille. Pas de doute je suis une charge pour la société. Lorsque la politique doit redéfinir ce que devrait être la retraite, elle ne peut que jouer à la baisse. Elle coûte les yeux de la tête et il n’est pas à prévoir que cela changera. Les moyens nécessaires pour passer la fin de sa vie décemment, se rétrécissent comme une peau de chagrin.

Toujours plus de vieux, moins de jeunes pour leur assurer les revenus. Moins de boulot, plus de chômage. Sans aucun doute les vieilles tronches comme moi sont un luxe que plus personne ne pourra se payer. Et dire qu’un petit coup de pouce suffirait pour que ce troupeau de grabataires se jette dans le précipice. Vous l’avez deviné, la mort est l’ultime solution qui a le mérite d’être finale! Mais ce n’est pas conforme à nos valeurs chrétiennes ! Et si les gens passaient plus de temps à se conter fleurette dans les alcôves ? De quoi assurer une boom-bébés ! Mais allez savoir pourquoi, cette perspective ne semble pas tellement plaire aux citoyens. Une démographie en baisse. Pourtant ce sont les mecs et les nanas qui assureront nos deniers ! À croire que les mâles sont des couilles-molles et que les femelles ont autre chose à faire que d’écarter les guibolles ! Dire que tout le système des retraites repose sur les naissances et des cotisations que ces braves paieront pour nous, les bons à rien ! Non, aucun gouvernement peut faire son beurre en prenant à bras-le-corps l’éternel sujet de la vieillesse. Il est effectivement à craindre que pour les prochaines générations, il sera plus qu’ardu d’assurer leurs retraites. Ils risquent de se retrouver le bec dans l’eau. Mais allez raconter cela à vos électeurs ! J’avais l’illusion que je pourrais gagner des sous jusqu’à mort s’en suive, mais quelle désillusion ! Rien de tout cela ! Je suis encore un privilégier qui peut vivre de ma retraite, de la pension et de l’argent mis de côté, mais le sort des jeunes ne passe pas comme une lettre à la poste chez le citoyen épris de justice que je suis. Je peux apporter la preuve que le corps dit plus vite non, qu’on le souhaiterait, qu’il réclame plus de calme. Comment le lui donner, si on est obligé de se creuser les méninges comment boucler les mois ? Pas de quoi jubiler lorsqu’on est mis au pain sec et à l’eau !

pm

https://www.nouvelobs.com/chroniques/20190906.OBS18057/pourquoi-le-debat-sur-les-retraites-est-mal-pose.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.