J’aimerais pouvoir me passer d’écrire à nouveau un article sur l’état mental de Donald Trump. Il nous a mis dans un pétrin en confirmant qu’il ne ferait pas machine-arrière en ce qui concerne la guerre commerciale qu’il prévoit de déclencher depuis peu. Les personnes qui ont gardé un temps soit peu un équilibre psychique, crient à corps et cris contre ce suicide collectif que veut nous imposer Donald Trump. Le personnel dirigeant des entreprises automobiles, ont mis la Maison Blanche face à réalité comme celle d’une montée inexorable du chômage occasionné par une perte-sèche quant aux ventes ou par la rentabilité de l’industrie actuelle aux USA en général. L’État ne pourra en aucun cas remédier à lui-seul au manque à gagner. Au bout de la nuit, il ne pourra que laisser de la terre brûlée derrière lui. D’avoir pousser des secteurs entiers du marché dans les recoins du passé, est irresponsable. L’affaire de la délocalisation de la Maison Harlley Davidson, me fait penser à la manière suicidaire de Trump de vouloir régler les problèmes. Mettre à l’index une société-symbole de la liberté américaine, de vouloir réglementer les initiatives commerciales des USA est de la folie furieuse. Ce qui se passe-là est une déclaration de guerre contre la raison. Ses motos représentent la tradition. Il n’est pas question de vitesse, mais plutôt de l’esprit de véhicules plutôt ringards qui vont à contre-courant du Livre-Guiness des records. Déjà la prétention de vouloir causer du tort à la maison phare du rêve américain, ressemble aux réactions violentes d’un ado s’étant établi seul dans une ville, dont il a peur. Quelle que soit l’origine de la crise américaine provoquée par un président pour qui la signification du mot « protectionnisme » n’est pas seulement une prise de défense de son économie, mais une forme d’effort national qui demande de l’entourage des victimes à de la pondération ce qui est une utopie, dès l’instant, où chez les personnes concernées il y a un désarroi complet quant aux méthodes à employer pour l’avenir. Il ne peut pas être pas question de mettre le rafistolage au premier plan comme étant un produit universel contre l’hémorragie ou d’autres maladies contagieuses. Il faut reconnaître les problèmes qu’Harrlley Davidson subit comme étant un moyen de se remettre en question. Je suis certain que la liste s’allongera. J’ai repris cet exemple, car il fait partie du manque de lucidité de la part d’un président des États-Unis, qui perd de plus en plus sa force mentale. Je crains que les Américains soient les premiers à avoir été pris dans le piège que leur dresse Donald Trump. Toutes ces mesures apporteront de plus en plus de points d’interrogation. Vouloir se cacher derrière des barricades fait partie de la paranoïa. La Chine et l’Europe ne peuvent que sanctionner ceux qui sont à l’origine de l’isolationnisme. C’est une spirale dont on ne sait pas, où elle nous conduira. Je ne peux qu’inciter les gens à garder leur calme et à ne pas se laisser entraîner dans l’obscurantisme. Je ne vois pas comment il serait à l’heure présente possible de sortir de la situation, où Trump nous a plongé.

pm

https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/07/05/la-guerre-commerciale-est-une-folie_5326388_3232.h

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.