Jan Jambon, le ministre belge de l’intérieur appartient au parti ultra-conservateur flamand NVA. Ce dernier ne mâche pas les mots lorsqu’il s’agit de migrants. Des propos qu’on peut qualifier de racistes. C’est par de tels moyens que les populistes arrivent à rassembler le plus d’électeurs. Au même titre qu’en Suisse, ces forces prônant la haine, se retrouvent en tête de l’échiquier politique. À Bruxelles nous assistons à des faits qui démontrent qu’entre des paroles dévastatrices et la réalité, il y a un profond fossé. Jan Jambon a lamentablement échoué dans la lutte qu’il mène contre les terroristes. Les bévues de la police ne peuvent pas être masquées. La Belgique est un pays plus ou moins favorisé par les islamistes, parce que ces derniers savent parfaitement, que les forces devant assurer la sécurité sont bancales. L’administration complexe du royaume a souvent enrayé des mesures qui devaient être prises le plus rapidement possible. Le ministre de l’intérieur a fait dans ces cas-là piètre figure. Ce n’est pas sans raisons qu’il a voulu démissionner. Mais il y a plus. Lorsque dimanche se sont rassemblés dans la capitale des centaines de néonazis, il n’a pas réagit. Son ami politique, Bart de Wever, de son état maire d’Anvers, a refusé de signer un communiqué condamnant la récupération par ces groupuscules du deuil occasionné par les attentats de Bruxelles. À son avis, c’était leur donner trop d’importance. Mais en réalité il est connu que son parti a des liens plus ou moins étroits avec l’extrême-droite. Il y a des années j’ai tourné en Flandre un film concernant cela.

Il est fatal, que Jan Jambon ait « laissé faire » afin de ne pas choquer ses supporteurs. Il n’a pas empêché les hooligans à prendre les trains pour participer à leur action. Au contraire. Il les a même protégé! Ces faits me laissent songeur à plusieurs titres. Une fois de plus nous avons la preuve que le personnel de la droite musclée et dure, n’est pas capable de faire son travail correctement, qu’il est aveugle lorsqu’il s’agit d’amis à protéger. Ces élus, lorsqu’ils occupent des positions de responsabilité, n’arrivent pas à séparer leurs intérêts partisans de ceux de l’État. Quitte à provoquer une crise gouvernementale, le NVA doit être écarté du pouvoir. Il serait souhaitable que les forces démocratiques ne fassent pas l’amalgames avec des partis qui bafouent le droit des hommes, qui encouragent l’inégalité raciale. C’est un phénomène que nous connaissons malheureusement dans bien des pays européens, que ce soit dans le cadre régional ou national. Des compromis hors-nature, qui rendent caduques toute éthique. L’exemple de la Belgique montre où cela peut mener : dans la gabegie la plus complète. Il serait temps que les peuples commencent à réfléchir, au lieu de plébisciter des têtes brûlées, qui par leur actionnisme vengeur leur donnent l’illusion d’être efficaces. Ils ne le sont pas ! Il serait opportun que les fossoyeurs de la démocratie soient remis en place. Cela ne se fera pas parce que beaucoup de citoyens ne voient pas plus loin que leur bout du nez. La bêtise fait de plus en plus de ravages et nous conduit tous à la catastrophe. Il serait temps d’obliger des Jan Jambon à faire leurs valises. Cela ne se passera pas, pour cause !

pm

http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/03/28/belgique-jan-jambon-le-ministre-de-l-interieur-critique-pour-son-manque-d-action_4891278_3224.html

Pierre Mathias

Schreib einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *