Qu’est-ce qui mène des jeunes gens à se transformer en bourreaux ? Je pense à tous ceux qui se sont fourvoyés dans la République Islamique. Souvent des personnes sans histoire, des individus qui ne feraient pas du mal à une mouche, à en croire leurs familles. Font-ils un amalgame entre la violence et la liberté ? Donner la mort, est-ce pour eux une manière de s’affirmer ? Ce phénomène remonte à la nuit des temps. La preuve que l’éducation ne peut en aucun cas remplacer l’instinct. Comme « bête de proie » l’homme redevient rapidement une machine à tuer, comme le Nazisme l’a prouvé. Nous nous trouvons dans un cas de figure identique en ce qui concerne les personnes concernées. La fanatisme y est pour beaucoup, mais il n’y a pas que cela. Peut-être est-ce aussi une manière pour eux de surmonter leurs complexes. Lorsqu’on étudie certaines biographies, on s’aperçoit que ce sont souvent des jeunes qui n’ont pas trouvé d’assise, qui ont le sentiment de vivre dans un échec continuel. Mais la réflexion ne devrait pas s’arrêter là. Le bourreaux ont probablement le sentiment de lutter ainsi contre la décadence du monde occidental. Dans un système pervers comme celui du califat, ils ont la certitude d’être bien encadré, de retrouver des « valeurs traditionnelles ». Ils ont le sentiment de se régénérer dans la violence collective, parce ce qu’elle est d’après eux voulue par Dieu. Dans notre histoire nous avons vécu des cas similaires. Brûler des sorcières sur des bûchés n’est pas faire acte de chrétienté, mais ces actes ont été expliqués par la volonté de « purifier » la société. Je suis sûr que c’est aussi le cas en Syrie et en Irak. Des fous qui ont perdu tout entendement sont à l‘œuvre. Eux aussi se prennent pour des justes ayant comme mission de répandre leurs idées par la terreur. Si l’homme n’est pas en mesure d’accepter « la pureté », il faut la lui imposer. Nous pouvons imaginer dans quel état de peur vive les populations. « Serais-je la prochaine victime ? » Un peu comme les juifs « attendant » la visite de la Gestapo au petit matin. Tout cela m’inspire qu’une chose : de l’horreur. Comment a-t-on pu à nouveau en arriver là ?

 pm

http://www.liberation.fr/monde/2014/11/19/etat-islamique-chaque-pays-cherche-ses-bourreaux_1146322

Pierre Mathias

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.