« En temps que journaliste, vous avez un devoir à remplir, celui par exemple d’écrire un article sur la victoire de Recep Tayyip Erdogan ! » Si j’avais un chef, il serait bien forcé de me sortir de telles remarques. Que puis-je encore dire d’un chef d’État, qui est présent comme peu de politiciens avant lui dans les médias. Casser du sucre par plaisir sur son dos, clamer haut et fort ma déception de le revoir réélu, je ferais que de répéter ce que j’écris depuis belle lurette. L’autoritarisme ne se décrotte pas, car il colle aux semelles comme du glu. Et cet individu fait partie de cette colle universelle, qui une fois répandue, rend imbécile tous ceux qui l’utilisent. Il n’y a qu’à voir aujourd’hui ce qui se passe en Turquie, pour faire une projection sur les temps qui suivront. De la taule, de la taule et encore de la taule ! En signant un accord sur les migrants avec lui, l’UE s’est livrée à lui. Nous avons ainsi contribué à le rendre présentable. Pas glorieux ! En Allemagne deux tiers de Turcs ont voté pour Erdogan, ce qui est inimaginable. N’ont-ils rien compris à la démocratie dans laquelle ils vivent ? Toute la nuit ils ont fait la fête, celle de l’islamisme dit démocratique. « Mesdames et Messieurs, il faut réécrire les bouquins concernant notre vie civique, afin que les élèves se rendent compte ce qu’est la liberté ! » Un mot de travers et me voilà derrière les barreaux. Au moins un langage clair. Et la magouille ? Jamais entendu parler ! Pas d’êtres corrompus, tout baigne dans l’huile ! On se remplit les poches au nom de la patrie. On montre une veste propre sous tous ses aspects. « Pierre, tu peux continuera t’exprimer comme cela, mais je crains que tu te transforme en un moulin à prières ! » Je vais essayer de me recaler sur le dos de cet âne, qui refuse de bouger. Faire du sit-in dans tous les établissements de la vie publique, allant des écoles jusqu’aux universités. D’accord, mais cela peut mener à la Turquie à la ruine. « Réveille-toi ! Tu t’es engagé d’écrire sur Erdogan et de lui envoyer des flèches ! » Il n’en à rien à faire de l’Europe ! Plus important pour lui, c’est de gagner en influence chez le petit-peuple qui le vénère. Pour le renverser un jour, il faudra tenir compte des questions géopolitiques. Erdogan est en train de prendre de plus en plus d’influence en Proche-Orient. Peut-être que son but sera de faire un jour main-basse sur certains champs pétroliers, afin de nous mettre sous tutelle ! Hourra, enfin une idée qu’il faudrait peut-être suivre, celle du chantage. Quoi ? Je l’ai déjà écrit ? Est-ce aussi le cas, lorsque ses supporteurs font la fête en Allemagne ? Faudrait-il l’interdire ? Comme la plupart des individus de gauche, je pèse le pour et le contre, me tortille comme une anguille afin de ne pas donner de réponse, mais a fond de moi-même je condamne cette attitude que je ressens comme étant déplacée. Travaillent-ils comme éléments perturbateurs ? On serait enclin de le croire. Il est impossible de vouloir de s’asseoir entre les deux chaises. Je pense aux immigrés turcs ayant aujourd’hui la nationalité allemande. Non, le Chancelier Erdogan ferait bien de ne pas se mêler de nos affaires ! Il n’est pas devenu le président de l’Allemagne, que je le sache  ! Écris assez de conneries, je remballe !

pm

https://www.lemonde.fr/europe/article/2018/06/24/elections-en-turquie-l-opposition-denonce-des-tentatives-de-fraude_5320502_3214.html