Au dessus de tous soupçons !

Benyamin Nétanyahou mis en examen ! Rien que cela, du joli pour un premier-ministre qui devrait être exemplaire. Si le tribunal confirme les accusations, le premier risque de passer jusqu’à 10 ans de prison pour le chef de corruption pour l’inculpation de fraude et finalement pour abus de confiance. Le chef du Likoud nie évidemment tout cela, il parle d’un complot monté de toutes pièces contre lui. Non, il n’a rien commis de mal, ne s’est pas enrichi sur le dos de son peuple ! Il m’en vient les larmes aux yeux. À en croire la justice, il aurait viré des millions de dollars provenant des caisses de l’État au patron de la société de télécoms Bezeq, Shaul Elovich, en échange de propos « doux » sur le site Walla du groupe. C’est à dire des effusions les plus favorables envers sa personne. Ceci avec en arrière-plan la fusion d’une fusion entre Bezeq et une compagnie de télévision par satellite. Benyamin Nétanyahou a donné son feu vert. Passons ! Ceci est le contenu du dossier 4000, qui risque de devenir sulfureux. Dans le cadre d’un autre dossier, cette fois-ci baptisé 1000, il est question des cadeaux amicaux qui ont été faits par des milliardaires, dont le producteur de Hollywood Arnon Milchan et l’Australien James Packer. M. Milchan à Benyamin, Sara et Yaïr Nétanyahou. Ce couple, bien sous tous rapports, aurait reçu régulièrement du champagne, des cigares et des bijoux pour l’épouse de cet homme si intègre. Ceci pour un montant total de 700 000 shekels (environ 185 000 euros). Il se défend en prétendant que ce n’étaient que des cadeaux entre amis. En échange des avantages commerciaux, notamment en ce qui concerne les rapports avec les USA. Puis comme cerise sur le gâteau, le dossier 2000. Pour s’assurer une couverture favorable de la part du plus grand quotidien israélien, le Yediot Aharonot, il a envisagé de faire voter une loi qui aurait limité la diffusion de son concurrent le plus directe, le journal gratuit Yediot. Tout ceci n’est guère reluisant et risque d’éclabousser la réputation de l’État hébreux, qui s’est toujours déclaré démocratique. Ceci en opposition aux pays arabes, ou « tout marche de travers », ou des politiciens véreux, d’après les dires d’une certaine classe politique, seraient au pouvoir. Tout cela est un déni absolu de l’image que les Israéliens veulent se donner. Une catastrophe absolue pour un pays en quête de reconnaissance. Benyamin Nétanyahou n’est pas le héros d’un fait-divers, il est un saboteur de la réputation de ce pays, non seulement en ce qui concerne ses combines, mais aussi dans l’exercice de ses fonctions. Lorsqu’il fait reconnaître par les États-Unis l’annexion des pays occupés, c’est de la piraterie. Il ne remarque pas qu’il est en train d’immoler la réputation de son pays, de le mettre sur la liste des pays-félons, comme ceux contre lesquels il lance un anathème. Tour cela est nauséabond et risque de plonger Israël dans le marasme. Cela pourrait amener une grande partie de l’opinion mondiale à remettre en question sa survie, ce qui serait absolument néfaste après le génocide hitlérien. J’attends du peuple hébreux qu’il se reprenne en main, qu’il rejette définitivement de tels dirigeants. Mais ce n’est pas à moi de donner des conseils, qu’il se remette lui-même en question pour ne pas devenir une république bananière !

pm

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/11/21/israel-benyamin-netanyahou-mis-en-examen-pour-corruption-fraude-et-abus-de-confiance_6020043_3210.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.